Zego : L'assurance flotte à l'usage pour les entreprises

Coover donne la parole à des experts du secteur de l’assurance. Aujourd’hui, nous vous présentons l’entreprise Zego, insurtech qui, après avoir révolutionné l’assurance pour travailleurs de la gig-economy au Royaume-Uni, s’est lancé sur le marché français.

Pouvez-vous présenter Zego en quelques lignes pour nos lecteurs ?

Créée en Angleterre en 2016, Zego est une Assurtech européenne qui propose des offres d'assurance flexibles (en fonction de l’usage par exemple) et innovantes pour les entreprises de la nouvelle mobilité, les entreprises de livraison et du VTC, ainsi que les opérateurs de flotte de façon générale. Nous nous appuyons sur diverses sources de données pour offrir une assurance flotte à l’usage et établir un prix juste et précis pour nos clients.

Zego est aujourd’hui présent dans plusieurs pays européens dont l’Angleterre, l’Irlande, l’Espagne et la France. Plus concrètement en France, nous avons lancé la toute première offre d’assurance flotte à l’usage sur le marché l’année dernière. Nous accompagnons les flottes de toutes tailles et tous secteurs avec une assurance simple à utiliser, digitale et dont la prime s’adapte en fonction de l’usage réel des véhicules.

Vous travaillez aujourd’hui pour des entreprises qui comptent leur chiffre d’affaires en milliards. Comment avez-vous réussi à convaincre vos premiers clients ?

Cela n’a pas été facile de convaincre les grandes compagnies d’assurance de travailler avec Zego en tant que courtier grossiste et délégataire. L’industrie de l’assurance existe depuis plusieurs siècles et contrairement à des secteurs comme la banque, elle n’a pas changé depuis des décennies et repose toujours en grande partie sur des systèmes informatiques obsolètes. Il fallait donc patience et persévérance pour conquérir les grands acteurs du secteur. Nous devions démontrer, avec une approche basée sur la technologie, comment faire les choses différemment pouvait ouvrir de nouveaux marchés et mieux convenir aux clients et prospects. 

En ce qui concerne nos clients, cela a commencé avec les indépendants de la “gig economy” (i.e. les indépendants des plateformes collaboratives telles qu’Uber ou Deliveroo qui n’emploient pas des salariés mais travaillent avec des entrepreneurs), pour qui les assureurs traditionnels n’avaient pas de réelle solution à leur proposer. Nous avons remarqué une lacune importante sur ce marché et avons construit un modèle plus flexible basé sur les besoins individuels des indépendants. Nous assurons désormais une part importante de ce marché grâce aux partenariats noués avec Uber et Deliveroo par exemple. 

Par la suite, et c’est notamment l’approche que nous avons choisi pour la France, nous nous sommes associés à des flottes et à des entreprises de la nouvelle mobilité à travers plusieurs pays d'Europe, telles que Dott, qui ont été convaincues par notre approche flexible et innovante.

Vous assurez Dott, une entreprise proposant des trottinettes électriques en libre service. Sachant que la durée de vie moyenne d’une trottinette partagée est en moyenne de 28 jours, comment parvenez-vous à éviter des pertes ?

Notre solution d'assurance micromobilité est spécifiquement conçue pour répondre aux besoins du nouvel écosystème de mobilité qui émerge depuis quelques années. Nous assurons Dott et d'autres plates-formes de micromobilité avec un modèle de paiement à l’usage grâce auquel l'assurance est fournie pour l'ensemble du parc, quelle que soit la durée de vie des véhicules. Dott est l'un des pionniers de l'industrie qui a fortement investi dans l'allongement de la durée de vie de ses trottinettes, dans des trottinettes “durables” et des processus opérationnels optimisés. 

Pourquoi avoir choisi la France comme nouveau marché, alors que c’est un des pays en Europe où le taux de travailleurs impliqués dans la “gig economy” - Uber, Deliveroo et autres coursiers - est le plus faible ?

Zego accompagne non seulement les travailleurs indépendants des plateformes collaboratives telles qu’Uber et Deliveroo, mais également toutes les entreprises ayant une flotte et des véhicules à assurer. La France est un pays pionnier en ce qui concerne les nouvelles mobilités, et c’est un marché qui a un énorme potentiel pour l’assurance flotte : les acteurs traditionnels de l’assurance proposent les mêmes offres d’assurance flotte depuis des décennies alors que nos clients et prospects nous répètent que cela ne leur convient plus. Nous avons donc naturellement choisi la France comme nouveau marché pour accompagner entreprises et opérateurs de flotte dans l’assurance de leur véhicule : nous leur proposons une solution à l’usage, c’est-à-dire que la prime d’assurance s’adapte en fonction de l’usage réel des véhicules de l’entreprise, et cela s’accompagne de services réellement différenciants : optimisation du coût d’assurance mensuellement, digitalisation de la gestion de leur police d’assurance via un extranet Zego dédié, etc. 

Comment la crise du Covid-19 a t-elle impacté le quotidien de Zego ? Avez vous pu maintenir votre roadmap ?

En tant qu'Assurtech, par nature, nous sommes capables d'être plus innovants et agiles pendant les périodes difficiles. Les équipes Zego étaient bien équipées pour travailler à distance, et ont pu continuer leur activité comme d'habitude. Au cours de cette période, Zego a fait en sorte de développer des solutions dédiées pour ses clients en Europe - par exemple en Angleterre nous avons offert pendant 14 jours l’assurance à nos clients contraints de s'isoler à cause du coronavirus. 

En France, notre modèle d’assurance flotte à l’usage a permis à nos clients d’économiser jusqu’à 80% sur leur prime d’assurance mensuelle. Tout cela a contribué nous l’espérons à atténuer la pression financière qui a pu être ressentie par nos clients dont l’activité a été contrainte et réduite durant cette crise. 

Sur les produits d’assurance de bien, les assureurs traditionnels ont réalisé d’importantes économies pendant le confinement en raison d’une baisse inédite de la sinistralité. Votre modèle d’assurance à l’usage vous a t-il privé de ces gains ?

Notre principale préoccupation concerne les solutions d’assurance que nous offrons à nos clients. Nous ne nous inquiétons pas trop des gagnants et perdants de notre industrie sur une courte période de temps. La pandémie de Covid-19 a sans aucun doute présenté un certain nombre de défis nouveaux, mais nous sommes en position de force. Nous étions très fiers de travailler avec des indépendants tels que les livreurs qui ont joué un rôle important pendant la pandémie et pour lesquels nous avons montré notre soutien dans une vidéo hommage #Behindthemask.

Le marché des insurtechs est en perpétuelle évolution et la concurrence y est très rude. Quelles sont les clés pour garantir votre avantage stratégique sur le long terme ?

Pour survivre, les Assurtechs doivent faire preuve d'une réelle différenciation, et mettre en place un cadre pour devenir une compagnie d'assurance rentable maîtrisant la chaîne de valeur de bout en bout. Nous restons à l’écoute des besoins de nos clients et répondons aux évolutions du marché en proposant des produits d’assurance intelligents, sur-mesure et innovants, adaptés aux besoins de chaque entreprise. L'année dernière, nous sommes devenus la première Assurtech britannique à obtenir une licence d'assurance, ce qui signifie que nous pouvons construire et vendre nos propres produits d’assurance rapidement et efficacement.

Malgré les récentes évolution concernant leur statut, les chauffeurs de VTC disposent souvent de moins de droits que des travailleurs salariés conventionnels. Certains dénoncent une “machine à précarité”. Quelle est votre vision des choses ?

Le secteur du VTC a subi d'énormes changements en peu de temps et il n'est pas surprenant que cette évolution rapide s'accompagne de ses propres défis qui, je ne doute pas, seront résolus dans les mois et les années à venir. Du point de vue de Zego, nous cherchons toujours la meilleure façon de soutenir les conducteurs, comme l'a démontré notre offre d’assurance gratuite pendant 14 jours, que nous avons lancée pour soutenir toute personne touchée par le coronavirus.

La gig-economy a de l’avenir, sa progression s’appuyant sur les nouvelles technologies et sur les possibilités infinies offertes par l’intelligence artificielle. Où sera Zego dans 5 ans ?

Au cours des cinq prochaines années, nous continuerons de nous développer sur de nouveaux territoires où nous voyons des opportunités. Nous continuerons également d’utiliser l’analyse de données pour repenser le fonctionnement des polices d'assurance, et créer un système de tarification encore plus fluide et plus juste. 

Merci pour cet échange de qualité. Nous souhaitons une excellente continuation à Zego !

L'équipe Zego

Notez cet article

Note moyenne 5 / 5. Votes : 1


Un expert vous répondra