DriveQuant : la startup qui révolutionne la mobilité chez les pros

drivequant logo

Coover donne la parole à des entreprises et startups aux projets innovants et audacieux. Aujourd’hui, nous vous présentons l’entreprise DriveQuant, qui propose des services d’analyse de données de conduite aux professionnels. Les domaines d’application de cette technologie sont multiples : laissons Anthony Corbeaux, Head of Marketing & Communication chez DriveQuant nous en parler.

Pouvez vous présenter DriveQuant en quelques lignes pour nos lecteurs ?

quotes quant

DriveQuant est une société française fondée en 2017 par Philippe Moulin et Olivier Grondin, alors chercheurs à IFP Énergies nouvelles. Nous développons des services d'analyse de la conduite pour aider les conducteurs à améliorer leur conduite, diminuer le risque routier, réduire l’empreinte environnementale de la mobilité et optimiser les coûts liés à la consommation et à l'usure des véhicules.

Nous proposons ces services sous trois formes : des applications mobiles télématiques en marque blanche, notre SDK DriveKit qui permet de transformer toute application mobile existante en dispositif télématique et de coaching conducteur, et des API pour le traitement de données que possèdent déjà nos partenaires. 

Votre offre est principalement destinée aux entreprises. Pourtant votre service pourrait également bénéficier aux conducteurs particuliers, en réduisant par exemple l’accidentalité routière. Est-ce une voie que vous envisagez ?

En effet, nous nous adressons aujourd’hui aux professionnels de l’automobile et de la mobilité, en BtoB ou en BtoBtoC. Comme toute jeune entreprise, nous avons dû trouver le bon équilibre entre la volonté d’innover via l’exploitation d’un nombre limité de ressources et la recherche d’un modèle économique pérenne avec des produits qui collent aux besoins du marché. En ce sens nous avons rapidement été portés par les projets dans le secteur de l’assurance qui nous ont permis de créer en parallèle de nouveaux services en liaison avec les autres secteurs de la mobilité.

Il n’est cependant pas exclu qu’à l’avenir nous nous adressions directement aux conducteurs particuliers. Ce n’est pas un objectif en soit, mais ce serait alors le symbole d’une réussite de notre modèle économique et l’accès à un nouveau statut pour notre entreprise.

L’avantage de votre service est qu’il rend n’importe quel véhicule intelligent et connecté. Quel avenir voyez vous pour DriveQuant quand les véhicules de vos clients seront dotés de telles technologies dès la sortie d’usine ?

Notre ambition a toujours été depuis le départ de fournir nos services issus du monde de la recherche au plus grand nombre, de faire en sorte qu’ils soient universels. Dès 2017, beaucoup parlaient déjà de véhicules connectés voire autonomes, mais de notre point de vue, pour connecter la majorité des véhicules, il faudra encore attendre 10, 20 ou 30 ans. Si nos solutions restent compatibles avec toutes les sources de données, nous avons pris la décision en 2018 de nous concentrer sur la télématique smartphone. Cette technologie permet de connecter tous les véhicules en utilisant le smartphone de leur conducteur, sans boîtier télématique.

De plus, si l’on constate en 2020 que de nombreux véhicules sortent des usines dotées de technologies embarquées pour la collecte des données de conduite, ces données sont très hétérogènes d’un constructeur à l’autre et sont difficilement accessibles. Côté véhicules autonomes, on est très loin d’une démocratisation. Par exemple en juin 53 pays (dont la France) viennent d’adopter un règlement commun à l’ONU qui interdit notamment l’utilisation du système d’automatisation de niveau 3 sur les routes où les piétons et les cyclistes côtoient les voitures...

Selon l’agence Publicis ETO, près de 78% des français sont incommodés par le fait que leurs informations soient collectées et enregistrées dans des bases de données. Comment accordez vous collection de données et respect de la vie privée ?

La question des données personnelles est effectivement centrale dans notre activité, puisque les données de conduite constituent l’essence même de nos services. Nous avons eu la chance de fonder DriveQuant dans le contexte du RGPD (un règlement de l'Union européenne qui constitue le texte de référence en matière de protection des données à caractère personnel), et nous avons donc pris toutes les mesures nécessaires au respect des règlements et des consentements dès le début de l’aventure. Nous nous assurons que l’ensemble de nos services et applications mobiles informent de manière transparente l’utilisateur final sur la nature des données collectées et surtout sur leur utilisation

En ce qui concerne l’accueil des utilisateurs de ces outils d’analyse de la conduite, nous n’avons aujourd’hui pas vraiment constaté de frein dans la mesure où ces services sont utilisés sur la base du volontariat. Par exemple un assuré qui roule peu est ravi de souscrire à son initiative à une offre d’assurance à l’usage pour faire des économies chaque mois. Si l’on prend un exemple en entreprise, un conducteur d’une flotte ne peut être forcé par son employeur à installer ce type d’application sur son smartphone. C’est à nous et à notre partenaire de communiquer sur l’intérêt commun de le faire. Cela passe par des services de qualité et à forte valeur ajoutée pour la sensibilisation ludique et exhaustive au risque routier, mais aussi par des récompenses remises aux meilleurs conducteurs des flottes lors de challenges par exemple.

Votre service peut potentiellement faire économiser à vos clients des milliers d’euros sur leurs flottes. Qu’en est-il du retour des conducteurs ? 

Les conducteurs sont parfois surpris d’être confrontés vis à vis de certaines de leurs mauvaises habitudes qui peuvent les mettre en danger ou qui accentuent l’usure et la consommation de leur véhicule. Mais comme les mesures de la conduite et de la distraction sont exhaustives (physiques), les résultats sont souvent bien accueillis et l’idée d’une progression motive les conducteurs

Nous avons lancé en décembre 2019 notre premier produit en marque propre baptisé LÉA, il s’agit d’une plateforme en ligne d’administration des conducteurs pour le gestionnaire de flotte couplée à une application mobile téléchargeable par ses collaborateurs. Ce dispositif apporte en moyenne une diminution de 30% des événements à risque détectés (freinages et accélérations brusques, limites de pertes d’adhérence) et de 50% pour la manipulation du smartphone pendant la conduite. On constate également des gains sur la consommation de carburant compris entre 5 et 10%. 

Cette question est évidemment intéressée, mais quels sont les avantages que DriveQuant peut apporter au secteur de l’assurance ?

Le secteur de l’assurance auto est en pleine mutation. La demande pour des produits d’assurance plus justes et transparents ne cesse de croître, c’est-à-dire pour des offres et tarifs basés sur l’usage réel des véhicules. Une tendance qui globalement a été accélérée par la crise de la COVID-19 lorsque les véhicules sont restés immobilisés chez les assurés pendant de nombreuses semaines. En France, le marché de l’assurance télématique est moins mature que chez nos voisins italiens, anglais ou scandinaves par exemple. Mais nous sommes de plus en plus sollicités par les assureurs pour notre technologie et notre accompagnement en la matière, que ce soit pour les particuliers ou les flottes professionnelles.

Nous leur proposons tout d’abord une technologie télématique smartphone fiable, qui a fait ses preuves. En général lorsque nous travaillons avec les assureurs nous leur fournissons une application mobile télématique à leurs couleurs. Celle-ci va détecter automatiquement les trajets réalisés par leurs assurés qui pourront être facturés en fonction du temps passé au volant, de la distance, ou encore de leur profile de risque (comportement) grâce à nos scores de conduite brevetés. Mais nous allons plus loin. Nous y ajoutons de nombreux services issus d’autres secteurs de la mobilité qui permettent d’engager les assurés autour de nouveaux points de contacts et de les fidéliser. On peut par exemple intégrer des modules de coaching, un carnet d’entretien connecté, des outils de gamification... Nous leur apportons plus qu’une simple technologie, nous les accompagnons dans leur transformation digitale.

Comment comptez vous vous adapter au marché des véhicules autonomes ? 

Comme je l’expliquais précédemment, nous pouvons encore attendre plus de dix ans avant de voir des véhicules réellement autonomes sur nos routes. Pour autant nous gardons évidemment un œil attentif sur les évolutions en la matière, mais il agit plutôt d’une opportunité pour DriveQuant qu’une menace. L’innovation est codée dans l’ADN DriveQuant et nous sommes sans cesse à l’écoute des besoins de nos clients pour toujours proposer les technologies les plus adaptées à chaque cas d’usage. Nous serons prêts à nous interfacer avec les véhicules autonomes pour créer de nouveaux services le moment venu.

Quels sont les prochaines étapes de votre développement ?

Nous sommes actuellement en discussions avancées avec des acteurs du secteur privé pour rejoindre IFP Énergies Nouvelles au capital de la société. Nous nous appuyons aujourd’hui sur une offre de services robuste et agile. Il s’agira d’une nouvelle étape importante pour investir dans de nouvelles ressources, notamment dans de nouveaux talents, et continuer notre développement commercial en France mais aussi à travers le monde partout où les marchés sont dynamiques sur les sujets télématiques.

Merci pour cet échange de qualité. Nous souhaitons une excellente continuation à DriveQuant, une entreprise qui a décidément de l’avenir.

anthony corbeaux drivequant 2
Anthony Corbeaux, Head of Marketing & Communication

Notez cet article

Note moyenne 5 / 5. Votes : 8


Un expert vous répondra