Simulateur assurance-vie : notre outil gratuit de calcul d’épargne

Coover met à votre disposition un simulateur d’épargne en assurance-vie qui vous permet d’estimer quelle sera la valorisation de votre contrat à terme ainsi que la fiscalité applicable en cas de rachat. 

ans
%

Capital final au terme : 

montanttotaldesinterets|number_format(2,',',' ')

Dont intérêts : 

interets|number_format(2,',',' ')

Comment fonctionne notre simulateur d’épargne en assurance-vie ?

Coover vous propose son propre simulateur d’épargne en assurance-vie. Celui-ci vous permet (entre autres) d’estimer quelle sera la valorisation de votre épargne dans X années, en fonction notamment des versements faits et du taux de rendement attendu. 

Pour que notre outil soit le plus précis possible, plusieurs éléments doivent être renseignés, et notamment :

  • La durée du contrat,
  • Le capital investi,
  • Le montant des versements réalisés,
  • Le rendement estimé du contrat

Une fois tous les champs remplis, notre simulateur calculera automatiquement l’épargne que vous pourriez avoir à terme. N’oubliez pas qu’il se base sur les informations que vous lui communiquez : soyez donc le plus précis possible ! Gardez toutefois en tête qu’il ne s’agit que d’une simulation. 

Pourquoi faire son calcul de rendement d’une assurance-vie ?

Utiliser un simulateur de rendement pour son assurance-vie comme celui que nous vous proposons a plusieurs avantages. 

Comme son nom l’indique, notre outil vous permet d’abord de faire une simulation du rendement d’année en année de votre assurance-vie. Concrètement, vous aurez une évaluation de la valorisation de votre épargne à terme, à chaque horizon de placement. 

Cela vous permet donc de mettre en place des stratégies d’épargne, selon vos objectifs, en optimisant vos versements (quant à leur montant, date etc.). Grâce à lui, vous pourrez estimer l’intérêt réel de faire un versement au vu de la rémunération que vous en tirerez au fur et à mesure. 

Nombreuses sont les entités à proposer ce type d’outil : Boursorama, Afer, BforBank… Quel que soit le simulateur choisi, sachez qu’il fonctionnera toujours de la même façon, et ne se basera que sur les données que vous renseignez. 

Quelles sont les limites d’un simulateur d’épargne en assurance-vie ?

Un simulateur reste un simulateur. Aucun outil, quelle que soit l’entité qui le développe, ne peut prédire l’avenir, et notamment le rendement des différents supports de l’assurance-vie sur les années à venir. 

N’oubliez pas, lorsque vous utilisez un simulateur d’épargne en assurance-vie, que c’est à vous d’estimer le rendement. L’outil ne fera que calculer la valorisation future à partir de cette donnée. 

Si votre assurance-vie est en fonds euro (le support sécurisé et garanti), vous pouvez vous baser sur le rendement servi par votre contrat au cours des dernières années. Ne soyez toutefois pas « trop ambitieux » lorsque vous renseignez un niveau de taux : le rendement du fonds euro diminue malheureusement tous les ans depuis un bon moment. 

Les choses sont encore plus incertaines si votre contrat d’assurance-vie est investi, au moins en partie, en unités de compte (FCP, OPCVM…). Celles-ci dépendent directement des marchés financiers et / ou immobiliers. Il est donc impossible de connaître leur évolution à l’avance. 

Pour résumer, retenez bien que le simulateur n’est utile que s’il est utilisé à titre « indicatif ». Ainsi, même si le rendement de votre contrat a été relativement stable sur les dernières années, sachez que les performances passées ne présagent pas de performances futures. Un contrat en fonds euro peut très bien servir 2 % net en année N et seulement 1 % en année N + 1 !

Calcul du rendement d’une assurance-vie : qu’est-ce que le rendement net ?

Le rendement d’une assurance-vie dépend de la performance des supports choisis par l’épargnant et / ou la société de gestion qui gère le contrat. Il englobe les intérêts, produits, plus-values…

Le rendement brut est évidemment une donnée importante, mais le rendement net l’est plus encore. D’autant qu'en assurance-vie, les frais peuvent être nombreux (et élevés) : mieux vaut alors se concentrer sur la rentabilité réelle, minorée de ces divers types de frais. Un contrat servant par exemple 2 % par an mais ponctionnant 1 % de frais est au final moins intéressant qu’un autre servant 1,5 %, mais avec seulement 0,3 % de frais. 

De manière générale, les établissements commercialisant de l’assurance-vie communiquent les taux de rendement de leurs fonds euro nets de frais

Voici les principaux frais prélevés sur un contrat d’assurance-vie

Type de fraisMoyenne
Frais sur versementEntre 0 et 5 % (souvent offerts par les banques en ligne)
Frais de gestionEntre 0,5 et 1 %
Frais d'arbitrageEntre 0 et 1 %

Quelle est la fiscalité en cas de rachat sur une assurance-vie ?

Comment est calculée la fiscalité lors d’un rachat en assurance-vie ?

L’assurance-vie n’est pas fiscalisée lorsque l’épargnant ne fait pas de rachat (c’est-à-dire de retrait). Seuls les prélèvements sociaux (17,20 %) viennent chaque année minorer le rendement du fonds euro. 

Lors du rachat (partiel, total ou programmé), l’épargnant n’est imposé que sur la part d’intérêts et de gains retirée, jamais sur la fraction correspondant au capital. 

Ainsi, s’il retire par exemple 1000 euros, constitués de 900 euros de capital et de 100 euros d’intérêts : 

  • Il n’y aura pas de fiscalité sur les 900 euros de capital, 
  • Les 100 euros d’intérêts seront soumis à fiscalité. 

Pour la fraction imposable, la fiscalité dépendra

  • De l’âge du contrat (avec un âge pivot : 8 ans), 
  • De la date à laquelle a été fait le versement correspondant (à savoir avant ou après le 27 septembre 2017).  

La fiscalité au rachat pour des versements faits avant septembre 2017 

Lorsque le rachat porte sur des versements faits sur le contrat avant le 27 septembre 2017, ce sont les « anciennes » règles fiscales qui s’appliquent. 

L’épargnant a le choix entre

  • Un prélèvement forfaitaire libératoire (PFL), lequel est dégressif avec l’âge du contrat, 
  • L’imposition au titre de l’impôt sur le revenu

Après 8 ans, un abattement fiscal annuel est prévu sur les gains et intérêts retirés : 4600 euros pour une personne seule et 9200 euros pour un couple. Celui-ci permet de retirer chaque année une somme importante sans aucune fiscalité ! 

La fiscalité au rachat pour des versements faits après septembre 2017 

Si le rachat porte sur des versements faits sur l’assurance-vie après septembre 2017, on tombe dans la « nouvelle » fiscalité de l’assurance-vie, à savoir la « flat tax Macron ». 

L’épargnant a ici le choix entre

  • L’imposition de ses gains et intérêts sur la base du Prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % (plus bas après 8 ans),
  • L’imposition au titre de l’impôt sur le revenu

L’abattement après 8 ans est maintenu. 

Notez cet article

Note moyenne 3 / 5. Votes : 4


Un expert vous répondra