Quel est le tarif de l’assurance décès ?

L’assurance décès peut représenter, notamment si l’assuré est âgé et / ou qu’il souhaite un capital décès élevé, une charge non négligeable. Même si, pour les plus jeunes, la cotisation dépasse rarement quelques euros par mois, les choses sont bien différentes pour les séniors, pour qui la prévoyance peut vite grimper à plusieurs centaines d’euros par an. Voyons ensemble comment se calcule la cotisation d’assurance décès et comment faire pour trouver le contrat le moins onéreux. 

Comment est calculé le coût d’une assurance décès ?

Voici quelques exemples de tarifs d’assurances décès constatés sur le marché :  

Type de contratÂge du souscripteurCapitalPrime annuelle
Assurance décès toutes causes30 ans30 000 euros45 euros
Assurance décès toutes causes60 ans30 000 euros351 euros
Assurance décès accidentel
et maladie
40 ans40 000 euros75 euros
Assurance décès accidentel
et maladie
40 ans75 000 euros140 euros
Tarif assurance décès

L’assurance décès fait l’objet d’une cotisation mensuelle (qui peut très bien être reportée au trimestre, à l’année…). Son montant dépend de la combinaison de plusieurs éléments

Le premier est l’âge de l’assuré. Plus celui-ci est âgé, plus la prévoyance coûte cher. Il est toujours préférable de souscrire, par exemple, à une assurance décès-invalidité emprunteur à 30 ans plutôt qu’à 60. 

Au delà de l’âge, c’est aussi l’état de santé de l’assuré qui sera pris en compte pour calculer la prime. Celui-ci sera évalué par l’assureur via une simple déclaration de santé ou un questionnaire médical plus complet. À titre d’illustration, le fait d’être fumeur implique une surprime (souvent d’au moins 20 %). 

Ensuite, le niveau de capital choisi par l’assuré est aussi un élément primordial dans le calcul de la cotisation. Plus il est élevé, plus celle-ci grimpe. Opter pour un capital de 10 ou 15 000 euros vous reviendra beaucoup moins cher que si vous souhaitiez garantir 100 000 euros à vos proches si vous veniez à décéder. 

Les montants minimum et maximum de capital décès accessibles varient d’un assureur à l’autre.  

Le type d’assurance décès a aussi un impact important sur le prix

  • L’assurance décès temporaire coûte moins cher, surtout si l’assuré est jeune et en bonne santé. Si le risque ne se réalise jamais toutefois, les cotisations auront été versées à fonds perdus. 
  • L’assurance décès vie entière coûte plus cher (et il s’agit souvent de la seule solution pour les séniors) mais les cotisations ne sont pas versées à fonds perdus. Dans ce type de contrat en effet, le capital constitué est forcément versé aux bénéficiaires désignés quel que soit le moment du décès de l’assuré (sauf bien sûr s’il rachète le contrat avant). 

Les risques couverts influent aussi sur le prix de l’assurance décès. Un contrat couvrant uniquement le décès accidentel sera logiquement moins onéreux qu’un autre couvrant le « décès toutes causes » et les risques de PTIA / d’incapacité de travail. 

Comment trouver les meilleurs prix d’assurance décès ?

Pour un assuré jeune optant pour un capital « faible » (de l’ordre de 10 ou 15 000 euros), l’assurance décès ne coûtera pas plus de quelques euros par mois. Bien sûr, la cotisation peut grimper à plusieurs dizaines d’euros / mois si l’assuré est âgé ou qu’il souhaite garantir un capital décès élevé. 

Pour un capital décès de 10 000 euros, comptez entre 50 et 250 euros par an, selon votre âge. À la Maif par exemple, l’assuré qui ouvre ce contrat de prévoyance à 40 ans et qui opte pour un capital de 36 000 euros s’acquittera d’une cotisation de 86,40 euros par an. 

Reste à savoir comment dénicher le contrat le moins cher. Assureurs, banques, mutuelles… Nombreux sont les établissements à commercialiser leurs propres formules d’assurance décès. 

Pour trouver les meilleures conditions de prix pour les garanties et le capital que vous attendez, vous aurez intérêt à solliciter un maximum de devis personnalisés. Selon les entités, il est possible d’obtenir des simulations de tarif

  • En ligne, en toute autonomie, en remplissant un formulaire sur le site des établissements qui offrent cette possibilité,
  • Par téléphone, soit directement, soit par le biais d’un formulaire de contact (MMA par exemple), 
  • En agence, pour les banques notamment. À noter qu’il faut souvent être déjà client pour obtenir un devis ou pour pouvoir souscrire à une assurance décès. 

À noter qu’il est aussi parfois possible de faire une simulation rapide en ligne en indiquant son âge et le capital souhaité. Le prix exact sera établi lors du devis final, fait par un conseiller. C’est par exemple le cas à la Maif. 

Plutôt que de contacter des mutuelles et assureurs les uns après les autres, vous pourriez plutôt penser à passer par :

Lors de votre recherche, vous pouvez aussi être tenté de regarder les offres « flash » et remises temporaires mises en avant par les compagnies. MMA a par exemple, mi-2021, une réduction de 20 % sur la cotisation de la première année en cas de souscription rapide. Rappelez-vous toutefois qu’une assurance décès vous suivra pendant de nombreuses années : ne vous « jetez » par sur ce type de propositions. Prenez toujours le temps de la comparaison. 

Quelle est la meilleure assurance décès ?

La « meilleure » assurance décès est celle qui couvre les risques que vous voulez voir couverts tout en vous donnant accès au niveau de capital décès souhaité, le tout au meilleur prix. La cotisation est certes importante, mais bien d’autres critères doivent être pris en compte. Il est plus important de vous concentrer sur le rapport qualité des garanties / prix

Ne comparez toujours que des devis personnalisés, réalisés en fonction de votre âge, du niveau de capital attendu, de votre état de santé… 

Une fois plusieurs offres reçues (en ligne ou non), prenez en compte tous les éléments ci-dessous

  • Les risques couverts, c’est-à-dire les garanties incluses : décès accidentel, pour cause de maladie, PTIA… Le niveau de garanties participe largement au calcul de la cotisation : ne souscrivez pas à celles que vous ne jugez pas utiles (le risque PTIA par exemple, si vous n’exercez pas un métier à risques). 
  • Les modalités du contrat : durée (assurance décès temporaire ou viagère), périodicité des cotisations… 
  • Les formalités d’adhésion : déclaration de santé simple, questionnaire médical, examens complémentaires demandés par l’assureur… 
  • Les garanties d’assistance incluses : rapatriement de corps, déblocage rapide de fonds pour les proches, assistance psychologique en cas décès de l’assuré… 
  • Le degré de modularité du contrat (est-il par exemple possible d’augmenter le capital décès à tout moment ? De réduire ou d’augmenter les garanties ?), 
  • Le délai de carence, qui peut être de 1 ou 2 an(s),  
  • Les cas d’exclusion : décès par suicide, sports extrêmes… 

Quel est le prix de l’assurance décès pour un crédit immobilier ?

Lorsque vous contractez un crédit immobilier, l’établissement prêteur exige que celui-ci soit garanti. Pour cela, il y a l’assurance emprunteur, qui n’est en fait qu’une assurance décès-invalidité temporaire, laquelle dure aussi longtemps que le crédit. En cas de décès de l’emprunteur assuré, le crédit sera remboursé. 

L’emprunteur a alors un choix à faire :

  • Il peut opter pour le contrat d’assurance groupe proposé directement par la banque prêteuse. Le taux dépasse ici souvent les 0,30 / 0,40 %.
  • Il peut choisir un contrat d’assurance décès ailleurs, auprès d’un autre établissement. Il s’agit alors d’un contrat individuel, souvent moins cher et mieux calibré. Il n'est pas rare de trouver des taux inférieurs à 0,15 voire 0,10 %.

Nous ne pouvons que vous conseiller cette deuxième solution. Sollicitez au moins des devis d’assurance emprunteur auprès d’autres établissements que le prêteur. À défaut, vous risqueriez de passer à côté d’un contrat moins cher pour le niveau de garanties attendu. 

Voici une simulation indicative du coût de l'assurance pour un emprunteur de 32 ans sollicitant un crédit de 200 000 euros sur 20 ans pour l'achat de sa résidence principale :

ÉtablissementTauxCoût mensuel de
l'assurance emprunteur
Prévoir0,06 %10,54 euros
Malakoff Humanis0,08 %13,86 euros
Swiss Life0,08 %14,14 euros
Suravenir0,09 %15,10 euros

On note de grands écarts de tarifs sur le marché de l’assurance emprunteur, d’où l’importance de la comparaison. Globalement, le coût de la couverture ne doit pas dépasser au grand maximum 1%  du montant emprunté. 

Pour trouver le contrat le moins cher, la meilleure solution est de passer par un comparateur d’assurances emprunteur en ligne. Cela vous permettra de dénicher rapidement la meilleure offre et de faire de belles économies sur le long terme. 

À titre informatif, voici les principaux critères pris en compte par les assureurs pour calculer la prime de l’assurance décès garantissant un crédit immobilier :  

  • Le montant à garantir, 
  • La durée du crédit, 
  • Le niveau de revenus de l’assuré, 
  • Le montant des mensualités, 
  • L’apport fait par l’assuré, 
  • Son profil, c’est-à-dire son âge, état de santé…

Assurance décès : comment faire baisser le tarif ?

Plusieurs bonnes pratiques peuvent vous permettre de réduire au maximum le coût de votre assurance décès. 

Premièrement, ne souscrivez pas « trop tard ». Ce type de prévoyance coûte toujours moins cher pour un assuré de 40 ou 50 ans que pour un sénior. Passé un certain âge toutefois (qui varie d’un assureur à l’autre), seule l’assurance décès vie entière est disponible. Elle coûte plus cher mais rappelez-vous que les cotisations ne sont pas versées à fonds perdus. 

Si vous n’avez aucun problème ou antécédent de santé, préférez les assurances décès avec questionnaire médical. Celles-ci coûtent en général moins cher que celles sans questionnaire médical où le risque est plus élevé pour l’assureur (ce qui se ressent sur prime). 

Si votre état de santé n’est pas optimal, sollicitez à la fois des devis :

Dans certains cas, l’assurance décès sans questionnaire médical revient moins cher qu’une couverture avec questionnaire médical et application d’une surprime (du fait de l’état de santé déclaré). Cela n’est toutefois pas toujours vrai. Comparez ! 

N’oubliez pas non plus que les risques couverts influent directement le prix. Si vous êtes jeune et en bonne santé, il n’est peut être pas opportun de souscrire à une assurance décès toutes causes. Peut-être qu’une couverture décès accidentel serait suffisante. 

Voyez aussi si vous avez réellement besoin des garanties optionnelles / d’assistance incluses, et s’il est possible de les retirer le cas échéant afin de faire baisser le niveau de la cotisation. La garantie doublement du capital en cas de décès accidentel est par exemple intéressante, mais elle n’est peut être pas primordiale dans votre situation. 

Enfin, regardez quelles sont les offres mises en avant par les différents acteurs du marché. Certains ont par exemple des remises en cas de souscription en couple (offrant par exemple 10 % de rabais sur la cotisation annuelle). 

Quel est le prix d'une assurance décès ?

La cotisation de l'assurance décès dépend de nombreux éléments (âge de l'assuré, capital garanti, risques couverts...). Il est difficile de donner un tarif indicatif : tout dépend de votre situation et de vos attentes en termes de couverture. Sollicitez donc un maximum de devis personnalisés !

Quelle est l'assurance décès la moins chère ?

L'assurance décès la moins chère est celle qui vous proposera la cotisation la plus basse pour les garanties et le niveau de capital que vous attendez. Pour trouver la meilleure, comparez !

Notez cet article

Note moyenne 0 / 5. Votes : 0


Un expert vous répondra