Comment un chef d’entreprise peut obtenir un prêt immobilier ?

On pourrait penser que lorsqu’il s’agit d’obtenir un prêt immobilier, les gérants d’entreprises (SARL, SASU,..) sont accueillis à bras ouverts par les banques. Notamment en raison de leurs revenus relativement élevés. Mais en réalité, la rémunération des chefs d’entreprise est variable et dépend de l’état financier de leur activité. Cette variabilité peut créer des réticences chez les banques qui leur prêtent.

Quels sont les critères des banques pour prêter à un gérant d’entreprise ?

Même si les banques prêtent à toutes les professions, le fait que la stabilité de vos revenus repose directement sur celle de votre activité génère un risque plus important pour elles.

Avant d’analyser votre profil emprunteur, la banque vous donnera une liste de pièces à fournir pour une demande de prêt immobilier. Vous êtes soumis aux mêmes critères qu’un emprunteur salarié. Vous devez justifier votre identité et votre situation familiale. Vous serez amené à prouver que vous avez une situation financière saine. Assurez-vous de ne pas avoir eu de découverts bancaires sur les 3 derniers mois avant de vous présenter en banque. Dans le cas contraire, prenez le temps d’assainir votre situation financière.

Si vous avez des crédits en cours, les tableaux d’amortissement associés vous seront demandés. Les banques vous demanderont également 10 % d’apport minimum. Plus votre avance sera importante, plus facile sera l’obtention de votre emprunt. Mais si vous n’avez pas d’apport, cela aura des conséquences directes sur les taux qui vous seront proposés.

Autre solution pour renforcer vos chances d’obtention d’un prêt serait d’avoir un co-emprunteur en CDI.

Que regarde la banque sur la situation de votre entreprise ?

Comme tout emprunteur, vous êtes amenés à justifier la provenance de vos revenus. Si vous êtes entrepreneur, vous aurez davantage de pièces justificatives à fournir comparé à un salarié. Si votre rémunération provient de l’activité que vous dirigez, vous serez amenés à fournir les documents comptables de votre entreprise. Elle doit être stable et en croissance.

Dans ces cas précis, les banques vous demanderont les trois derniers bilans annuels de votre entreprise. Il est attendu que l’entreprise soit bénéficiaire sur la moyenne des trois derniers bilans. Votre dossier de prêt devra aussi comprendre l’arrêt comptable de l’année en cours et les statuts de votre société.

Les professions libérales sont mieux appréciées par les banques

Les banques considèrent ces profils comme étant plus fiables et ayant des hauts revenus. Les banques leurs accordent plus facilement leur confiance. Avant de soumettre une demande de prêt en profession libérale, il est conseillé d’avoir au moins deux ans d’expérience.

Vous serez amenés à présenter la déclaration 2035 de ces deux dernières années et l’arrêt comptable de l’année en cours. Il se pourrait que vous ayez besoin de fournir d’autres garanties à la banques. Pour cela, vous aurez le choix entre une caution, une hypothèque ou le nantissement d’une assurance vie.

Chef d’entreprise, faut-il passer par un courtier pour votre crédit immobilier ?

En tant que chef d’entreprise, l’analyse et la préparation de votre dossier prend nécessairement plus de temps qu’un autre emprunteur. De plus, vos obligations professionnelles vous laisseront peu de temps pour vous consacrer pleinement à constituer votre dossier. Pour vous, il sera plus avantageux de passer par un courtier en prêt immobilier et vous pourrez obtenir des conditions de prêt avantageuses.

Même si les pièces demandées ne peuvent pas être contournées, le courtier a pour but de vous obtenir les meilleures conditions de crédit. En tant que novice du milieu, lorsque vous entendez parler de prêt immobilier, vous pensez uniquement “taux et mensualité”. Certes, ce sont les paramètres les plus importants, mais parfois, vous oubliez un bon nombre de conditions d’emprunts qui peuvent devenir contraignantes si elles ne sont pas négociées.

Supposons que vous avez lancé votre activité 3 ans avant de contracter votre prêt immobilier. 1 ou 2 ans après avoir contracté le prêt, vous profitez d’une opportunité de marché qui fait exploser la croissance de votre activité. Vos revenus doublent voire triplent et se stabilisent. Vous décidez alors de rembourser le prêt plus vite que prévu. Vous devez alors savoir qu’il existe des Indemnités de Remboursement Anticipées qui permettent à la banque de vous facturer une jusqu’à 3 % du capital restant dû, plafonné à 6 mois d’intérêts. S’il vous reste une somme très importante à rembourser, cette clause peut devenir problématique. Un courtier en prêt immobilier peut la négocier et vous la faire supprimer.

En tant que chef d’entreprise, votre temps est précieux, la recherche d’un emprunt ne doit pas nuire à votre équilibre professionnel. Si on compte le temps nécessaire à la constitution du dossier, l’examen de celui-ci, les possibles rejets de certaines pièces justificatives et les délais de rétraction, les démarches peuvent s’étendre sur plusieurs mois. Un courtier vous aide à constituer le dossier le plus rigoureux qui soit avant de l’envoyer en banque de sorte à vous éviter les refus. Il vous délivre également une attestation de finançabilité de votre projet, un document très apprécié par les banques.

Vous pouvez également passer par un courtier en ligne comme Pretto. Vous pourrez alors constituer votre dossier depuis votre salon en déposant toutes vos pièces justificatives sur l’interface client de votre courtier.

Notez cet article

Note moyenne 5 / 5. Votes : 1


Un expert vous répondra