Qu’est-ce qu’un contrat d’assurance-vie monosupport et qu’en penser ?

Pour faire simple, sachez que l’assurance-vie se décline en deux « versions » : on distingue le contrat « monosupport » du contrat « multisupports ». Le premier est investi à 100 % sur un support sans risques, tandis que le second offre plus de libertés en matière d’investissement. Voyons ensemble comment fonctionne l’assurance-vie monosupport et s’il est judicieux d’y souscrire en 2021. 

Assurance-vie monosupport ou multisupports : que choisir ? 

L’assurance-vie doit être vue comme une enveloppe d’épargne. Lorsque l’on fait un apport sur son contrat, on doit décider sur quel(s) support(s) ira l’argent. 

Le choix dépend du type de contrat d’assurance-vie que l’on a ouvert

  • Si c’est un contrat « monosupport », la somme ira forcément sur le fonds euro, qui est le seul support disponible, 
  • Si c’est un contrat « multisupports », on pourra placer la somme soit sur le fonds euro, soit sur des unités de compte (type OCVPM, SCPI, FCP…), ou encore la diviser entre ces supports. Il est par exemple possible de mettre 80 % de son apport sur le fonds euro, et d’utiliser les 20 % restants pour acquérir des unités afin de chercher une meilleure rentabilité. 

Ce choix existe aussi bien au moment de l’ouverture du contrat que lors des versements suivants : l’épargnant doit toujours décider sur quoi sera investie son épargne. Il pourra bien sûr modifier la répartition entre les supports par la suite. 

C’est l’épargnant qui choisit, au moment de la souscription, quel type de contrat il souhaite. S’il souhaite acquérir des unités de compte, il n’aura d’autre choix que de se tourner vers un multisupports. 

Le choix de l’un ou l’autre dépendra notamment

  • Du profil de l’épargnant : s’il est plutôt prudent, il se « contentera » d’un contrat monosupport à 100 % en fonds euro, et s’il a des objectifs de rentabilité plus élevés, il préférera un contrat multisupports avec une part plus ou moins importante d’UC
  • De ses objectifs de rendement, 
  • De son horizon d’investissement (un contrat multisupports est une épargne à visée long terme, car les risques inhérents aux unités de compte sont ainsi lissés dans le temps), 
  • Du montant qu’il a à placer, et de la part de son patrimoine que le versement représente. 

Assurance-vie monosupport : qu’est-ce que le fonds euro ? 

Un contrat d’assurance-vie monosupport est investi intégralement en fonds euro (aussi appelé « fonds en euros »), c’est-à-dire que le versement initial puis les suivants seront positionnés sur ce support. 

Le fonds euro est le support « principal » de l’assurance-vie, dans le sens où c’est celui qui est le plus plébiscité par les épargnants français, si l’on regarde l’encours global. 

Choisir le fonds en euros, c’est choisir la sécurité : le capital investi sur l’assurance-vie monosupport est 100 % sécurisé et garanti. Il n’y a pas de risques en capital. La valorisation du contrat (c’est-à-dire la somme des versements + les intérêts) ne peut pas baisser. 

Le fonds euro est proposé par tous les établissements commercialisant de l’assurance-vie, que ce soit en ligne ou non. Son rendement n’est pas fixé par l’État : il dépend de la composition précise du fonds lui-même, qui dépend des choix opérés par la banque ou l’assureur. 

En général, le fonds euro est constitué d’obligations d’États et d’entreprises européennes (80 % en moyenne pour un fonds classique). Les obligations sont des emprunts, d’où le fait que le fonds en euros dégage des intérêts. 

Chaque année, 17,20 % de prélèvements sociaux sont ponctionnés sur les intérêts générés par le fonds euro. La fiscalité en cas de rachat et au décès de l’assuré est ensuite la même que le contrat soit mono ou multisupports.

Depuis quelques années existe le fonds « euro croissance ». Il s’agit ici d’un engagement de 8 ans minimum, en contrepartie duquel l’épargnant peut (entre autres) espérer un meilleur rendement. 

Quels sont les avantages d’une assurance-vie monosupport ?

Le premier argument de l’assurance-vie monosupport est bien sûr son caractère sans risques. Le capital placé sur le fonds euro est sécurisé et garanti, ce qui permet d’ « attirer » tous les types d’épargnants. 

Autre chose à savoir : les fonds placés sur ce contrat sont disponibles à tout moment. Cette liquidité n’est pas forcément vraie pour les unités de compte car il est possible qu’il y ait un délai de revente des titres. 

L’assurance-vie en fonds euro est aussi très lisible, dans le sens où elle est facilement compréhensible, même par un épargnant néophyte. Il lui suffit de savoir qu’il touchera des intérêts sur le capital investi, et que ceux-ci seront « capitalisés » chaque année, c’est-à-dire qu’ils rejoindront le fonds euro lui-même afin de produire, l’année suivante, des intérêts à leur tour. 

Sachez également qu’il existe des fonds euro « boostés » (plus dynamiques). Même s’ils sont soumis à des conditions d’accès (par exemple, investir XX % de l’apport en unités de compte), ils présentent un potentiel de rendement supérieur. 

Quel rendement espérer d’une assurance-vie monosupport ? 

Disons-le tout de suite : le rendement n’est pas le principal intérêt du fonds en euros. Il reste toutefois supérieur à celui d’autres produits d’épargne, comme les livrets réglementés par exemple (Livret A et Livret de développement durable). 

Le rendement d’une assurance-vie monosupport ne se regarde pas sur une année. Mieux vaut prendre en compte l’évolution du rendement sur 3, 5 et 8 ans, puisque cela tient compte de la capitalisation des intérêts. 

Depuis plusieurs années, les intérêts dégagés par le fonds euro de l’assurance-vie sont sur une pente descendante. Rien n’indique que cette baisse des taux ne continuera pas en 2020 et 2021. 

AnnéeRendement du fonds euro (selon Facts & Figures)
20171,8 %
20181,55 %
20191,24 %

En 2020, le très sérieux cabinet Facts & Figures table sur un rendement moyen se situant entre 1 et 1,10 %. À ce stade, on ignore bien sûr quel sera celui pour 2021. 

Cela ne veut pas dire que tous les fonds euro du marché stagnent à ce niveau. Certains performent mieux. Certains fonds, comme celui de l’association d’épargnants Afer par exemple, s’en sortent souvent mieux que les moyennes du marché. 

Pour comparer efficacement les rendements des meilleurs fonds euro, n’hésitez pas à consulter les classements et palmarès annuels publiés par divers cabinets et médias. L’une des meilleures solutions reste toutefois de passer par un courtier en ligne comme Coover ! 

Peut-on trouver une assurance-vie monosupport sans frais ?

Sur une assurance-vie monosupport comme sur un contrat multisupports, la question des frais est centrale, tant ces derniers peuvent venir grignoter une rentabilité, aussi bonne soit-elle. 

En général, les banques et assureurs communiquent le rendement de leur(s) fonds euro net(s) de frais. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il ne faut pas prendre en compte ce critère lorsque l’on choisit son contrat. 

On note de très grandes différences à ce niveau entre les contrats. Chaque établissement a sa propre politique tarifaire. En la matière, avantage aux banques en ligne, très souvent moins gourmandes que leurs homologues « hors ligne ».

Voici les deux principaux types de frais d'assurance-vie inhérents aux contrats monosupports, et donc au fonds en euros : 

  • Les frais sur versement (que ce soit lors de l’adhésion ou sur les primes versées ensuite), 
  • Les frais de gestion, prélevés annuellement sur l’encours du contrat. 
Type de fraisMoyenne
Frais sur versement0 à 5 %
Frais de gestion annuelsEntre 0,5 et 1 %

Il n’existe malheureusement pas de contrat monosupport 100 % sans frais (même s’ils sont moindres que pour les unités de compte, il y aura toujours des frais de gestion annuels). 

Assurances-vie monosupports : comment faire son comparatif ? 

Il est primordial de faire un comparatif si vous souhaitez ouvrir une nouvelle assurance-vie monosupport. Cette analyse doit principalement porter sur le fonds euro (qui sera votre seul support d’investissement), mais pas seulement. 

En réalité, il y a un bon nombre de critères à prendre en compte lorsque vous mettez des offres en concurrence, que ce soit vous-même ou via un comparateur en ligne comme celui que vous propose Coover. 

Voici les principaux à observer

  • L’historique de rendement (net !) du fonds euro sur les 3, 5 et 8 dernières années, 
  • La composition de ce fonds (pourcentage d’obligations d’États, d’entreprises…), 
  • Les conditions d’accès (notamment s’il s’agit d’un fonds euro boosté), 
  • Le niveau des frais facturés (ceux de gestion notamment), 
  • Le versement minimum à l’entrée (qui peut aller de quelques dizaines à plusieurs milliers d’euros, selon les contrats), 
  • Les services proposés en ligne

Notez cet article

Note moyenne 0 / 5. Votes : 0


Un expert vous répondra