Assurance-vie et unités de compte : comment ça marche ?

L’assurance-vie offre une multitude de choix en matière de supports d’investissement. En parallèle du fonds en euros, il est possible d’acquérir des « unités de compte ». Reste à comprendre à quoi elles correspondent, comment elles fonctionnent et comment « bien » les choisir. Focus. 

Unités de compte en assurance-vie : définition

Lorsque l’on fait un versement sur son assurance-vie, on doit choisir un support d’investissement. En effet, l’assurance-vie est une enveloppe : il est donc possible d’investir sur plusieurs supports, et notamment dans les fameuses « unités de compte » (UC).  

Sur un contrat d’assurance-vie monosupport, on n'a pas le choix : l’apport est versé sur le fonds en euro, 100 % garanti et sécurisé. En revanche, sur un contrat multisupports, il est possible de placer son argent sur le fonds euro mais aussi sur un ou plusieurs supports UC. Il en existe un grand nombre, ce que nous verrons ensuite. 

Type de contrat d'assurance-vieSupport(s) disponible(s)
Contrat monosupportFonds en euros
Contrat multisupportsFonds en euros et unités de compte
Contrat vs monosupport vs multisupports

Les unités de compte sont des supports en actions, obligations, produits monétaires etc. tels que les OPCVM, FCP, SCPI Concrètement, vous investissez sur les marchés financiers et / ou immobiliers, et êtes donc soumis à leurs fluctuations. Que vous achetiez des actions en direct via votre assurance-vie ou des parts d’un fonds investi en actions, vous devrez supporter des risques de perte en capital.  

En assurance-vie, les UC sont gérées par des sociétés de gestion de fonds, voire par l’assureur (ou la banque) lui-même. 

L’assurance vie en unités de compte : pour qui ?

Il n'est pas recommandé à tous de choisir un contrat d'assurance vie en unités de compte, du fait des risques qu'il peut comporter.

Ce type de contrat s'adresse aux épargnants qui souhaitent maximiser leur potentiel de gains, tout en ayant conscience des risques. Autrement dit, L'assurance vie en UC est particulièrement intéressante pour les profils d'épargnant dynamiques, pour qui la vitalité des marchés financiers et immobiliers n'est pas effrayant.

Par ailleurs, les investissements ne vous rapporteront pas rapidement : l'assurance-vie en unités de compte est un placement à horizon long-terme. Ainsi, si vous avez l'intention d'effectuer un rachat total très rapidement (2 ans par exemple), alors le contrat monosupport peut être plus indiqué pour vous.

Si vous ne souhaitez prendre aucun risque avec votre épargne, quitte à accepter une rentabilité moyenne, nous vous conseillons de rester sur le fonds euro. Un contrat monosupport suffira alors. Un support sécurisé est plus adapté pour ne pas perdre votre argent (mais la rentabilité est plus limitée).

Comment choisir son contrat et ses unités de compte ? 

Pour trouver le meilleur contrat d’assurances-vie multisupports, vous aurez intérêt à faire un comparatif sérieux, tant les offres sont nombreuses sur le marché. Bancassureurs, banques en ligne et associations d’épargnants entre autres commercialisent leurs propres offres.

Pour vous aider, Coover a développé son propre comparatif d’assurances-vie en ligne !

Si vous souhaitez réaliser des placements en unités de compte sur votre assurance-vie, concentrez-vous principalement sur les éléments suivants

  • Les supports disponibles : l’étendue du « catalogue » d’unités de compte (OPCVM, SCPI…), leur position ou non dans les palmarès et classements annuels… 
  • Les rendements passés, en retenant qu’ils ne présagent pas de rendements futurs, 
  • La composition des fonds qui vous intéressent, 
  • La réputation des sociétés de gestion, 
  • Les conditions d’accès / d’acquisition des UC, 
  • Les frais, les modes et options de gestion proposés par l’établissement. 

Le type d’unité de compte à choisir dépendra de votre profil, de vos appétences et de vos objectifs. Votre niveau de connaissance des marchés entrera aussi bien sûr en jeu, de même que votre horizon de placement. 

Par exemple, les fonds monétaires ou en obligations sont moins risqués que ceux en actions. Ils sont aussi, en principe, moins rémunérateurs. L’objectif sera donc de dénicher les fonds bien « balancés » entre risques et potentiel de gains.  

Si vous n'êtes pas à l'aise avec ce type de contrat, vous pouvez envisager la gestion profilée ou sous mandat. En choisissant l'un de ces modes de gestion, un professionnel se chargera de procéder aux choix d'investissement pour vous selon vos objectifs.

Quelle est la fiscalité de l’assurance-vie en unités de compte ? 

En dehors de tout rachat (retrait) sur l’assurance-vie, les gains et plus-values dégagés par les unités de compte ne sont pas fiscalisés. À l’inverse, les intérêts générés par le fonds euro sont soumis tous les ans aux prélèvements sociaux (17,20 % en 2022), qu’il y ait rachat ou non.   

En cas de rachat portant sur des UC, il faut savoir que seuls les gains et plus-values seront soumis à fiscalité. Cela ne sera pas le cas de la part de capital retirée, qui ne sera pas fiscalisée lors du retrait.

Si vous retirez par exemple 1000 € sur votre assurance-vie, constitués de 800 € de capital et de 200 € de plus-values, seuls ces derniers 200 € seront soumis à fiscalité.

Ensuite, tout dépendra de l’âge de votre contrat et du moment où ont été faits les versements, c’est-à-dire avant le 27 septembre 2017 ou après. Pour la fiscalité, vous aurez le choix entre

  • L’imposition au titre de l’impôt sur le revenu, 
  • Un prélèvement forfaitaire, qui sera « libératoire » si les versements ont été faits avant 2017 (prélèvement forfaitaire libératoire ou « PFL ») ou « unique » s’ils ont été faits après (prélèvement forfaitaire unique ou « PFU »). 

Si le contrat a plus de 8 ans, vous disposerez d’un abattement fiscal de 4600 € (9200 pour un couple) sur les gains, intérêts et plus-values dégagés par les unités de compte. Cela vous permettra donc de faire un important retrait chaque année sur votre assurance-vie sans aucune fiscalité. 

Assurance-vie en unités de compte : quel rendement ? 

Chaque unité de compte évolue différemment et a un rendement qui lui est propre. Globalement, une UC dégage des intérêts (obligations…), gains et / ou plus-value (lors de la revente de titres). À l’inverse, elles peuvent aussi être vendues à perte : on parle alors de moins-value. 

Lorsque vous vous intéressez à un fonds, regardez quel est son historique de rendement sur les dernières années. Ne vous contentez pas de vérifier quelle a été sa rentabilité sur N-1. Elle pourra être très différente l’année d’après et sur les suivantes.

Le potentiel de rendement des unités de compte demeure très intéressant. Là où le fonds euro dépasse difficilement les 2 % (3 % pour les meilleurs fonds euro du marché), ces supports plus dynamiques peuvent atteindre une rentabilité à 5 / 10 % voire plus. Attention toutefois : l’espérance de rendement va souvent de pair avec des risques élevés. Cela vaut par exemple pour les actions de petites capitalisations (les small caps). 

Enfin, n’oubliez pas de vérifier quels seront les frais facturés. Les UC sont soumis à plusieurs types de frais, qui peuvent venir sabrer largement leur rentabilité : frais de gestion du contrat d’assurance-vie multisupports, de gestion des fonds eux-mêmes, d’arbitrage…

Quelles sont les unités de compte que l’on peut acquérir en assurance-vie ? 

Il existe des centaines de fonds. Il y en a pour tous les goûts : actions, obligations, monétaires…

Certains contrats d’assurance-vie n’en offrent l’accès qu’à quelques dizaines, là où d’autres (ceux des banques en ligne notamment) en proposent des centaines. Le contrat Linxea laisse par exemple le choix entre plus de 600 fonds. 

Voici quelques-uns des principaux supports que l’on peut trouver en assurance-vie : 

  • OPCVM : organismes de placement collectif en valeurs mobilières, 
  • SICAV : sociétés d’investissement à capital variable, 
  • FCP : fonds communs de placement, 
  • SCPI : sociétés civiles en placement immobilier, 
  • Les titres en direct : actions, obligations…
  • Les fonds indiciels type trackers, qui répliquent l’évolution des marchés. 

Les fonds sont souvent thématiques, sectoriels et / ou géographiques. L’on trouve par exemple des OPCVM en actions françaises, européennes, mondiales… 

Une bonne pratique pour diluer les risques est par exemple d’investir dans plusieurs fonds eux-mêmes investis dans des zones géographiques et secteurs d’activité différents.

Faut-il ouvrir une assurance-vie en unités de compte ? Notre avis

Il est souvent conseillé de conserver au moins une partie en fonds euro, et de dynamiser une fraction de l’épargne en UC. La répartition exacte dépendra de vos capacités financières, de vos objectifs et des risques que vous pouvez accepter. 

Sachez enfin que si vous souhaitez investir en unités de compte sans toutefois avoir les connaissances requises, vous pourrez souscrire à : 

  • Un mode de gestion, qui revient à une gestion sous mandat (profilée, pilotée…) : un gestionnaire s’occupera de vos actifs pour vous, 
  • Une ou plusieurs options de gestion, qui sont des arbitrages automatiques. 

L’assurance-vie investie majoritairement en unités de compte est, à l’époque du coronavirus, peut-être un peu risquée. En effet, personne ne sait comment vont réagir les marchés du fait du Covid-19. 

Qu'est-ce qu'une assurance-vie en unités de compte ?

Une assurance-vie en unités de compte est un contrat qui est, au moins en partie, investi sur des supports composés d'actions, d'obligations, de produits monétaires...

Qu'est-ce qu'un compte en unités de compte ?

Un compte en unités de compte est la poche d'une assurance-vie multisupports investie, par exemple, sur des parts de fonds type OPCVM.

Comment choisir une unité de compte ?

Choisir une UC plutôt qu'une autre dépend de nombreux facteurs tels que vos objectifs, les risques que vous êtes prêt à prendre ou votre horizon de placement.

Notez cet article

Note moyenne 2.8 / 5. Votes : 8


Un expert vous répondra