Que choisir entre gestion libre et gestion pilotée pour son assurance-vie ?

L’assurance-vie offre de nombreuses possibilités en termes de gestion d’actifs. L’épargnant ayant placé tout ou partie de son capital en unités de compte pourra choisir de le gérer lui-même ou confier cette tâche à l’assureur, voire à une société de gestion. Le choix de l’un ou l’autre dépendra de nombreux critères.

Voyons ensemble que choisir entre gestion libre et gestion pilotée / profilée en assurance-vie. 

Qu’est-ce que la gestion libre en assurance-vie ? 

L’épargne placée en assurance-vie peut être investie en tout ou partie en « unités de compte », s’il s’agit d’un contrat multisupports. L’assuré qui fait ce choix cherche donc à booster la rentabilité de son argent en se positionnant notamment sur les marchés financiers, accessibles en assurance-vie via différents supports en actions, obligations, parts de fonds…  

Une multitude d’unités de compte sont disponibles en assurance-vie : OPCVM, FCP, parts de SCPI… 

Ce n’est pas tout de choisir les supports sur lesquels investir au départ, encore faut-il les gérer dans le temps, afin de maximiser son potentiel de rendement tout en minimisant les risques. 

C’est ici qu’interviennent les fameux « modes de gestion » de l’assurance-vie. De base, la gestion est dite « libre ». Comme son nom l’indique, c’est l’assuré qui gère lui-même les actifs détenus sur son contrat : il vend tel ou tel support, en acquiert d’autres… Il procède lui-même à ses arbitrages au moment qu’il juge opportun. 

L’assurance-vie en gestion libre se destine aux investisseurs aguerris, ayant de solides connaissances financières. Elle est à fuir par les épargnants néophytes en la matière. En effet, l’assureur ne garantit aucunement le capital placé en unités de compte : les risques de pertes sont importants. 

La gestion pilotée en assurance-vie, c’est quoi ? 

Si vous n’y connaissez pas grand chose en matière de marchés financiers, vous aurez intérêt à opter pour un mode de gestion, et donc de confier le pilotage de votre épargne à un professionnel. 

Parmi les options qui s’offrent à vous, on retrouve la gestion conseillée ou pilotée en assurance-vie. 

L’assurance-vie en gestion pilotée est, à notre avis, une excellente solution : c’est l’assureur, la banque et / ou une société de gestion qui procédera aux arbitrages sur votre contrat à votre place, en fonction de différents critères, comme votre profil de risque (gestion profilée), vos objectifs…  

La gestion pilotée est aussi appelée gestion sous mandat ou gestion déléguée. Elle était par le passé réservée aux contrats les plus garnis, mais est aujourd’hui accessible aux « plus petits » contrats. 

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’en gestion pilotée, vous confiez la gestion totalement, même si vous conservez le droit de faire des arbitrages vous-même. La répartition de vos actifs change au gré des choix du gestionnaire. 

Des options de gestion peuvent ainsi être mises en place, comme par exemple la sécurisation des plus-values (les gains générés par vos unités de compte rejoignent automatiquement le fonds euro de votre contrat afin d’être définitivement acquis) ou encore la répartition constante (maintien par exemple d’un 50/50 entre le fonds euro et les unités de compte). 

Assurance-vie : faut-il opter pour la gestion libre ou sous mandat ? 

L’assurance-vie investie à 100 % en fonds euro ne nécessite pas de gestion particulière : le capital est garanti, mais la rémunération est limitée. À l’inverse, en plaçant tout ou partie de votre épargne en unités de compte, vous bénéficiez d’un potentiel de rendement plus important, mais supportez des risques de perte en capital. 

Sachant cela, mieux vaut faire le bon choix quant au mode de gestion de vos actifs détenus en assurance-vie. Tout dépendra alors : 

  • De vos objectifs, 
  • De votre profil de risque, 
  • De votre degré de connaissances financières : compréhension des supports disponibles, de leur fonctionnement, mode de rémunération… 

La gestion pilotée ou sous-mandat est préférable si vous n’avez pas (ou peu) de connaissances en matière de marchés financiers. Elle ne vous empêchera d’ailleurs pas de faire des arbitrages vous-même. 

La gestion libre (vous faites vos arbitrages vous-même) n’est à conseiller qu’aux épargnants aguerris. Au vu des risques inhérents à une mauvaise gestion, mieux vaut confier votre épargne à des professionnels si vous connaissez mal la chose.  

Comment faire un comparatif d’assurances-vie en gestion libre ? 

Si vous souhaitez ouvrir un nouveau contrat que vous gérerez vous-même, vous aurez tout intérêt à faire un comparatif sérieux d’assurances-vie en gestion libre. Dans la mesure où tous les assureurs / banques proposent la gestion libre (qui est le mode de base), vous aurez l’embarras du choix. 

Plutôt que de comparer des contrats un à un, utilisez notre comparatif des contrats d'assurance vie.

Voici quelques-uns des critères à prendre en compte, que l’on fasse un comparatif d’assurances-vie à gestion pilotée, profilée ou libre : 

  • Le niveau de rendement passé du fonds euro et des autres supports, 
  • Les supports disponibles, 
  • Le niveau de frais. Certains acteurs ne facturent par exemple pas de frais d'entrée.
  • Les conditions d’adhésion (apport minimum…). 

Attention toutefois : tous les établissements commercialisant des assurances-vie ne proposent pas nécessairement toute la gamme de modes et options de gestion. Prenez ce critère en compte lors de votre comparaison, surtout si vous ne souhaitez pas gérer votre contrat vous-même.  

Assurance-vie en gestion libre ou pilotée : combien ça coûte ? 

L’assurance-vie multisupports est soumise à des frais plus élevés et plus nombreux qu’un contrat à 100 % en fonds euro (monosupport) : facturation d’éventuels frais d’arbitrage, frais de gestion supérieurs, frais liés à une éventuelle gestion sous mandat… 

Les gestions pilotée, profilée, sous-mandat… ne sont jamais gratuites. Le gestionnaire du contrat, qu’il s’agisse de l’assureur lui-même ou d’une société tierce, facture ses services.

Aux frais de gestion facturés pour la seule détention d’unités de compte (entre 0,5 et 1 % selon les contrats), s’ajouteront donc des frais spécifiques au mode de gestion / aux options de gestion en place. Tout dépendra de l’établissement gestionnaire mais globalement, comptez environ : 

  • Jusqu’à 1 % en plus si c’est un assureur ou une banque traditionnel(le) qui gère le contrat, 
  • Quelques dixièmes de % en plus si c’est une banque en ligne type Boursorama, B for Bank, Ing Direct… 
  • Idem si vous faites appel à une société de gestion / d’asset management. 

Les offres d'assurance vie des banques en ligne sont en général moins chères sur ce plan, d’autant que certaines ont des offres ponctuelles ou permanentes pouvant mener à une gestion pilotée ou profilée « offerte ». Certaines options de gestion peuvent également être gratuites. 

N’oubliez pas non plus qu’au delà de cela, certains supports (certains OPCVM, FCP…) font l’objet de frais de gestion spécifiques. 

Notez cet article

Note moyenne 5 / 5. Votes : 1


Un expert vous répondra