Professionnel ou entreprise : comment limiter ses frais bancaires ?

La question des frais bancaire a toujours été particulièrement centrale pour les professionnels. Certains en viennent même à changer d’établissement bancaire pour cette raison. Reste à savoir quel est le niveau de frais « acceptable » et comment faire pour les réduire au maximum, quitte à aller voir ailleurs. Tour d’horizon. 

Quels sont les frais bancaires supportés par une entreprise ? 

Les professionnels indépendants et les entreprises supportent principalement des frais bancaires pour leur compte pro. Il y a en réalité une grande diversité de frais qui pourront être facturés, d’où l’importance de bien les négocier et de n’utiliser que les services nécessaires. 

Les professionnels supportent des frais sensiblement similaires à ceux facturés aux particuliers, et notamment : 

  • Des frais de tenue de compte pro, 
  • Des frais de prélèvement, 
  • Des frais d’intervention, 
  • Des frais de commissions de mouvement, 
  • Des frais de retrait d’espèces,
  • Des frais liés à des services particuliers : fourniture de chéquier, de carte pro… 

Heureusement, quelques bonnes pratiques permettent d’économiser sur les frais bancaires professionnels.

Ainsi, il sera parfois (souvent) intéressant de ne pas souscrire à un package de services, même s’il est mis en avant par le conseiller. Il peut être préférable de ne payer que des services à la carte, effectivement utiles et utilisés. Certains frais (des assurances de moyens de paiement par exemple) ne sont pas toujours justifiés. 

En clair : l’entreprise doit veiller à ne payer que pour des services essentiels, c’est-à-dire liés à ses opérations courantes. Inutile par exemple de payer pour un chéquier si elle n’utilise pas ce moyen de paiement. Attention aussi aux frais de rejet pour défaut de provision.

Mieux vaut aussi penser en amont à demander une augmentation du découvert autorisé plutôt que de risquer des frais de dépassement. 

Idéalement, le professionnel ou l’entreprise devra effectuer un maximum d’opérations de manière autonome, sur son espace personnel en ligne. Par exemple, un virement effectué au guichet sera payant, contrairement à un virement passé sur internet. 

Réduire ses frais bancaires : faut-il opter pour une banque en ligne ? 

Avant toute chose, sachez qu’il n’est peut-être pas judicieux de changer de banque uniquement parce que vous considérez que vous payez trop de frais (d’autant qu’il est souvent possible de les négocier). De nombreux autres critères doivent être étudiés pour choisir sa banque, comme par exemple la qualité des produits d’épargne. 

Sur ce plan, les banques en ligne ont aujourd’hui une gamme de produits et services comparable à celle des banques traditionnelles. Mettre en concurrence votre établissement bancaire actuel avec ce qui se fait sur internet est une excellente idée. 

Le principal intérêt des banques en ligne réside dans le niveau des frais facturés. Les « pure-players » sont très souvent moins gourmands en la matière : 

  • Des offres de bienvenue sont régulièrement proposées (par exemple, 300 euros offerts à l’ouverture d’un compte), 
  • La carte bancaire (même haut de gamme) peut être offerte,
  • Il n’y a en général aucun frais de tenue de compte (alors que la grande majorité des banques à guichet en facturent), 
  • De même, il n’y a très souvent aucun frais pour les opérations réalisées seul en ligne (les virements par exemple, même permanents).  

Dans tous les cas, avant de changer, comparez ! Reportez-vous aux brochures disponibles sur les sites des banques en ligne et prenez garde aux offres trop alléchantes. Vérifiez bien les conditions (par exemple la période de gratuité de la carte bancaire).

Sachez enfin qu’il est possible que vous deviez, pour accéder aux offres des banques en ligne, domicilier vos revenus sur le compte courant ouvert. Cela n’est toutefois pas toujours le cas. 

Y-a-t-il un plafonnement des frais bancaires professionnels ou particuliers ? 

La loi plafonne certains frais bancaires et en interdit d’autres (ce qui revient au fait que certaines opérations et services doivent être gratuits). 

Par exemple, les retraits dans un distributeur de l’enseigne doivent être gratuits.

Voici un court tableau récapitulatif des frais bancaires plafonnés par la loi : 

FraisPlafond
Frais de rejet de prélèvement20 euros
Commissions d'intervention8 euros par opération (max 80 euros par mois)
Frais de compte bancaire inactif30 euros par an
Rejet de chèque30 ou 50 euros (selon le montant du chèque)
Frais de retrait en DAB de la banque0 euros

Peut-on demander un remboursement de frais bancaires abusifs ? 

Un client a toujours la possibilité de négocier les frais bancaires. Les conseillers ont une marge de manoeuvre en la matière. N’hésitez donc pas à contacter le vôtre si vous contestez des frais, ou considérez que vous en payez trop à l’année, notamment s’il s’agit d’un premier « incident ». 

N’oubliez pas, des frais peuvent être élevés mais justifiés et non contraires à la loi. Dans ce cas, ils ne seront pas considérés comme abusifs.

Les frais abusifs sont ceux qui dépassent les plafonds légaux, qui sont interdits ou qui n’apparaissent pas dans les brochures de l’établissement bancaire. 

Si de tels frais vous sont facturés, commencez par contacter votre conseiller bancaire. À défaut de remboursement, envoyez, par courrier recommandé avec accusé de réception, une lettre de refus de frais bancaires abusifs. 

Si vous n’obtenez pas gain de cause, tournez-vous vers le médiateur bancaire auprès de la Banque de France. Une association de consommateurs pourra également vous assister dans vos démarches.

La dernière solution sera enfin de saisir la justice, en portant l’affaire devant le tribunal d’instance de votre lieu de résidence. 

Attention : vous n’avez que 2 ans pour contester des frais bancaires que vous jugez abusifs. 

Panorama des frais bancaires pour les particuliers 

Les frais bancaires varient très largement d’un établissement à l’autre. On note d’ailleurs des différences plus ou moins importantes selon les régions. Bien sûr, le fait d’opter pour une banque en ligne ou une banque à guichet traditionnelle a également une incidence sur le niveau de frais supportés dans l’année. 

Les banques proposent en général des packages de services / des « conventions de compte », qui ne sont pas toujours à l’avantage des clients. 

Voici les principaux frais bancaires, en sachant que tous ne sont pas forcément ponctionnés (tout dépend de l’établissement) : 

  • Les frais de tenue de compte : comptez entre 0 et 30 euros par an en moyenne pour les banques traditionnelles (très souvent 0 pour les banques en ligne), 
  • Les frais de dépassement de découvert / de durée de solde débiteur, 
  • Les commissions bancaires, 
  • Les frais de carte bancaire, 
  • Les frais liés à des rejets : de prélèvement, de chèque…
  • Les frais d’opposition, 
  • Les frais liés à l’envoi d’une lettre d’information, 
  • Les frais de virement bancaire, qui dépendent du fait qu’il soit interne, SEPA ou international, ainsi que de la récurrence (unique ou permanent), 
  • Les frais de tenue de compte inactif (plafonnés par la loi à 30 euros par an), 
  • Les frais spécifiques aux produits souscrits (à l’assurance vie par exemple). 

Le site du gouvernement vous permet de comparer facilement les frais bancaires selon les régions et les établissements. Si vous souhaitez mettre en concurrence ce que vous payez actuellement avec les moyennes du marché, rendez-vous sur le site tarifs bancaires.

Les banques sont obligées d’afficher clairement leurs tarifs un peu partout : sur leur site, dans des brochures disponibles en agence… Au moins 11 types de frais doivent être précisés. Elles doivent aussi envoyer à leurs clients un récapitulatif annuel des frais facturés. 

Notez cet article

Note moyenne 5 / 5. Votes : 1


Un expert vous répondra