Ouvrir un salon de thé : budget, forme juridique et conseils

Vous avez pour projet d'ouvrir votre salon de thé?

Ouvrir son salon de thé offre de bonnes perspectives. Il faut cependant bien se renseigner au préalable. Il n'est pas toujours facile de trouver les bonnes informations sur les études requises, le budget nécessaire, les démarches à effectuer ou encore les obligations lors de l'ouverture de son salon de thé.

Dans cet article retrouvez tous nos conseils pour ouvrir votre commerce rapidement et sereinement.

Peut on ouvrir un salon de thé sans diplôme ?

Vous souhaitez ouvrir votre salon de thé mais vous n'avez absolument aucun diplôme ? N'ayez crainte, il est totalement possible et envisageable d'ouvrir son salon de thé sans formation préalable. L'essentiel est de bien se renseigner sur la marche à suivre.

Bien qu'il n'y ait aucune obligation légale, certaines formations sont recommandées avant d'ouvrir son salon de thé :

  • CAP patissier ;
  • CAP cuisine ;
  • Bac professionnel restauration.

Pour être sans diplôme, vous devez toutefois justifier d’une expérience de 3 ans en tant qu’indépendant, dirigeant d’entreprise ou salarié.

Création d'un salon de thé : quel statut juridique choisir ?

Pour ouvrir votre salon de thé, vous devrez choisir un statut juridique. Attention, votre choix déterminera un grand nombre d'avantages dont vous pourrez bénéficier, mais aussi de règles que vous aurez à respecter.

Les formes juridiques les plus adaptées à un salon de thé sont les suivantes :

AvantagesInconvénients
Auto entrepreneur
  • Création d'activité simplifiée
  • Obligations comptables allégées
  • Exonération de TVA (jusqu'à un certain seuil)
  • Plafond de chiffre d'affaires
  • Charges non déductibles
Entreprise individuelle (EI)
  • Création d'activité simplifiée
  • Véritable comptabilité d'entreprise
  • Pas d'exonération de TVA
  • Responsabilité non limitée aux apports
EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée)
  • Protection du patrimoine de l'associé unique
  • Imposition sur les bénéfices (après déduction des charges)
  • Cadre sécurisant car encadré
  • Encadrement de l'activité strict
  • Evolution difficile si on veut intégrer un nouvel associé
SAS
  • Liberté dans la création des statuts
  • Responsabilité limitée aux apports
  • Pas de capital minimum (1 € symbolique)
  • Création de statuts difficile car beaucoup de liberté
  • Charges sociales élevées
SARL (Société à responsabilité limitée)
  • Pas de capital minimum (1 € symbolique)
  • Responsabilité limitée aux apports
  • Création simplifiée
  • Vous pouvez prétendre aux avantages de la micro entreprise
  • Minimum deux associés
  • Rédaction des statuts très formalisée
  • Tenir une vraie comptabilité
SASU (Société par actions simplifiées unipersonnelle)
  • Associé unique
  • Patrimoine personnel protégé
  • Président assimilé salarié
  • Pas de capital minimum (1 € symbolique)
  • Développement difficile car impossibilité d'intégrer d'autres associés
Quelle forme juridique pour un salon de thé ?

Le choix du statut juridique de votre salon de thé dépend principalement de sa taille.

Si vous décidez de créer un salon de thé de petite taille, vous pouvez le faire en étant auto entrepreneur. Cependant, il est important de noter que la limite de votre chiffre d’affaires sera fixé à 72 500 € et que vos charges ne seront pas déductibles.
Dans le cas où vous êtes le seul associé, les statuts de la SASU ou de l’EURL sont intéressants puisqu’ils vous permettront de protéger votre patrimoine. Ce n’est pas le cas pour une entreprise individuelle (EI).

Au contraire, si vous voulez créer un salon de thé plus important, il est recommandé de créer une société. Si vous souhaitez vous associer avec une ou plusieurs personnes, la SAS est une bonne option. La SARL peut aussi être une option, car elle a comme avantage d’être fortement encadrée dans la rédaction des statuts.

Le choix du statut juridique de votre salon de thé est sûrement l'une des décisions les plus importantes dans le processus de création d'un salon de thé.

Besoin d'aide pour créer ou gérer votre société ?

Simplifiez vous la vie et économisez en moyenne 40% sur vos frais en utilisant un service juridique en ligne.

Quelles démarches pour ouvrir son salon de thé ?

S'agissant d'une activité commerciale, votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE) sera la CCI (Chambre des commerces et de l'Industrie). Il s'agira de votre interlocuteur privilégié concernant la gestion de votre commerce.

Les démarches pour ouvrir votre salon de thé dépendent évidemment du statut juridique choisit.

En effet, ouvrir votre salon de thé sous la forme d'une entreprise individuelle (en étant auto entrepreneur) est très simple. Vous n'avez qu'à déclarer l'ouverture de votre activité sur le site de l'URSSAF. Cependant, cette structure n'est pas la plus adaptée pour la création de votre entreprise et ce en raison de la limite de plafonnement du chiffre d'affaire et de l'impossibilité d'en déduire vos charges.

Si vous décidez de créer une société, les démarches sont plus complexes. En effet, vous devrez rédiger vos statuts et vous inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Cette étape peut être complexe sans l'aide d'un professionnel (expert-comptable, avocat etc.).

Enfin, le choix du nom de votre son salon de thé est également important. Effectivement, vous devez vous assurer que le nom que vous avez choisi n'est pas utilisé et protégé. Pour ce faire, vous pouvez vous rendre sur la base de données de l'INPI.

Quelles obligations pour ouvrir un salon de thé ?

Les contraintes pour ouvrir un salon de thé

Pour travailler comme , vous devez respecter certaines obligations.

  • respecter les normes incendies et d’accessibilité ;
  • suivre la réglementation sur l’hygiène et le matériel ;
  • affichage des prix et des horaires, selon les règles définies par la préfecture où se situe le salon de thé
  • facultatif : suivre le Stage de Préparation à l’Installation (SPI)

NB : il est donc tout à fait possible d’ouvrir un salon de thé sans CAP pâtisserie, même cela est fortement recommandé.

Les assurances pour un salon de thé

AssuranceCaractèreConseilPrix
Multirisque professionnelleFortement recommandéeC'est la garantie indispensable pour couvrir votre salon de thé et votre matériel et stock en cas de sinistreA partir de 300 € / an
RC Pro Fortement recommandéePour couvrir les dommages que vous pouvez causer à vos clients. Elle sera comprise dans votre contrat multirisque.200 € / an
Mutuelle d'entreprise salon de théObligatoireLa convention collective salon de thé prévoit des minimums de remboursements obligatoires (dentaire, optique, hospitalisation consultations), n'hésitez pas à comparer les offres !À partir de 25 € / mois
Mutuelle Facultative
Comparez les contrats de mutuelle pour trouver les meilleurs remboursements sur vos besoins (dentaire, optique, soins hospitaliers ou consultations)
À partir de 38 € / mois
Auto proObligatoire Vous pouvez utiliser votre assurance personnelle si vous déclarez à votre assureur l'usage professionnel de ce dernier50 € / mois
Prévoyance d'entrepriseObligatoireLa convention collective salon de thé prévoit qu'un régime de prévoyance obligatoire est à mettre en place pour les cadres et pour les non-cadresA partir de 27 € / mois
Prévoyance FacultativeGrâce au contrat loi Madelin, vous pouvez bénéficier d'avantages fiscaux. La prévoyance vous permet d'avoir un maintien de salaire en cas d'arrêt de travail.A partir de 24 € / mois
Quelles assurances pour un salon de thé ?

Le compte bancaire professionnel

L'activité de à son compte implique l'ouverture d'un compte bancaire professionnel.

Aujourd'hui, les néo-banques et banques en ligne proposent des tarifs très intéressants pour les professionnels. Consultez notre comparatif des banques pro avec les meilleurs prix et des avis sur chacune d'entres elles.

Si vous recherchez une solution de financement, alors une banque traditionnelle sera sans doute plus adaptée.

Quel budget pour ouvrir un salon de thé ?

Le budget pour la création et l’ouverture d’un salon de thé n’est pas à prendre à la légère, surtout si vous voulez ouvrir un salon de thé petite restauration.

Mis à part l’achat ou la location d’un bail commercial, l’investissement dans le matériel est important. Vous allez devoir acheter des machines pour la cuisine et pâtisserie (robots et autres ustensiles) mais aussi du mobilier pour la salle. Par exemple, si vous ouvrez un salon de thé librairie, il faudra acheter des bibliothèques et des livres.

De plus, vous aurez également des frais administratifs puisque la création d’une entreprise n’est pas gratuite. Vous devrez en outre faire rédigez vos statuts, et établir une publication dans un journal d’annonces légales. Auprès d’un avocat ou d’un notaire le coût peut très vite monter.

En résumé il faut donc au moins compter 30 000 au total pour lancer son activité.

N'hésitez pas à construire un business plan salon de thé pour évaluer vos dépenses et adopter la meilleure stratégie financière possible.

Ouvrir un salon de thé sans apport : est-ce possible ?

Ouvrir un salon de thé sans argent ? Sans apport, il est presque impossible d'ouvrir son commerce.

En règle générale, les banques requièrent une injection de capital dans le projet, et ce même si l'apport est mince. Il s'agit pour eux de s'assurer de votre motivation et de votre implication dans l'ouverture de votre salon de thé.

Si vous avez peu d'apports, nous vous conseillons de construire un Business plan solide et détaillé. Cela rassurera la banque et les éventuels investisseurs.

Il est donc conseillé de débuter son activité avec un apport, même minime.

Quel emplacement choisir pour son salon de thé ?

Dans un premier temps, une étude du marché local est recommandée. Par ce biais, vous vous assurez de la présence de clients potentiels, de leurs attentes, vous estimez la concurrence présente aux alentours de votre salon de thé.

La réalisation de l'étude vous aidera également à déterminer votre chiffe d'affaires prévisionnel en estimant le pouvoir d'achat de vos futurs clients et les prix pratiqués dans votre secteur.

Notez cet article

Note moyenne 3 / 5. Votes : 2


Un expert vous répondra