Augmentation de fonds propres : quelles sont les options possibles ?

Les fonds propres, également appelés capitaux propres, sont les ressources financières que possède l'entreprise (en dehors de la dette). C'est un des principaux éléments du passif de l'entreprise.

La manière la plus traditionnelle d'augmenter les fonds propres d'une société et par apport personnel, mais il existe des alternatives pour les entrepreneurs qui cherchent à augmenter ces fonds propres sans utiliser leurs derniers personnels.

Nous allons explorer dans cet article les différents acteurs qui peuvent y contribuer.

Qu'est-ce que l’apport personnel dans les fonds propres ?

Un apport personnel est une somme servant à financer une partie de votre investissement.

Le montant de l’apport varie en fonction des règles propres à chaque établissement financier, et en fonction de la nature de l’activité. Il est généralement demandé pour des professionnels souhaitant souscrire à un prêt, un apport personnel d’au moins 20% du projet.

Il vous est vivement conseillé d’avoir un apport personnel conséquent afin de faciliter les démarches auprès des institutions financières car certains établissements n’étudieront pas votre dossier sans ce niveau minimal d’apport, qui témoigne de votre implication financière dans votre projet.

Certaines dépenses ne sont que rarement financées par les établissements prêteurs et doivent donc être couvertes par les apports des associés (droits et taxes, investissements incorporels…)

Mais surtout votre niveau d’apport sera le garant de l’indépendance financière de la société, notamment en période de démarrage de l’activité, si celle-ci est moins rapide que prévu.

Votre apport personnel peut être constitué par de l’épargne personnelle, des prêts ou des dons réalisés par votre entourage (famille ou amis) ; il ne doit en aucun cas être constitué par des prêts bancaires ou crédits à la consommation contractés spécifiquement pour votre projet.

Par ailleurs existent plusieurs dispositifs publics ou semi-publics visant à soutenir financièrement les créateurs ou repreneurs d’entreprises.

Quels sont les dispositifs publics de soutien aux créateurs ou repreneurs d’entreprise ?

Les dispositifs en lien avec Pôle Emploi et les URSSAF

L’Accre : l'Aide aux Chômeurs Créateurs et Repreneurs d'Entreprises. Il s’agit d’un dispositif d’appui au bénéfice des demandeurs d’emploi, salariés licenciés, jeunes ou personnes en difficulté. Ce dispositif vise à faciliter la structuration de projets de création mais aussi la reprise d’entreprise. Il s’agit d’une exonération de cotisations sociales.

Le Nacre : Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise. Les bénéficiaires sont ceux de l’Accre. Ce dispositif intervient dès le montage du projet et pendant une période de 3 ans maximum après la création ou la reprise de l’entreprise. De plus, le Nacre propose une assistance technique auprès de conseillers experts et d’un accompagnement relationnel avec les banques.

Par ailleurs, le créateur ou repreneur qui jusque là était indemnisé par Pôle Emploi par le biais des ARE (Allocations de Retour à l’Emploi) peut bénéficier au choix de 2 dispositifs :

  • soit continuer de percevoir les ARE pendant une certaine période après la création ou la reprise,
  • soit percevoir au moment de l’opération un capital qui correspond à la moitié de son reliquat de droits, et ceci en 2 fois à 6 mois d’intervalle.

Ce dernier dispositif, intitulé ARCE permet au porteur de projet de compléter ses fonds propres.

Qu'est ce que sont les Prêts d’honneur ?

Les prêts d’honneur sont des prêts consentis directement au porteur de projet par des associations spécialisées comme Réseau Entreprendre ou Initiative France. Les fonds sont ensuite apportés au projet, souvent en compte courant d’associé, et retirés progressivement pour procéder au remboursement des sommes empruntées.

On parle de prêt d’honneur car le bénéficiaire de constitue pas de garantie au profit de l’association mais s’engage sur l’honneur à rembourser le prêt.

C'est une solution très intéressante pour les créateurs d’entreprise de moins de 3 ans car il ne nécessite pas de garantie ni de caution personnelle en plus d'être un prêt à taux zéro.

Il ajoute une crédibilité supplémentaire, voire une sorte de label à votre projet car pour l’obtenir il faut travailler minutieusement et passer devant un jury d’attribution. Ce prêt requiert une relation de confiance entre vous et le partenaire prêteur.

Certaines banques accordent également de petits prêts d’honneur remboursables à partir de 24 mois. Ces prêts d’honneur, tout comme les fonds propres, peuvent également servir pour un effet de levier financier avec du crédit bancaire privé.

À noter : le prêt d’honneur doit être remboursé en 3 à 5 ans et les montants accordés sont souvent corrélés au montant de vos fonds propres.

Comment les investisseurs externes peuvent aider à augmenter ses fonds propres ?

Le « Love Money »

Il s’agit de fonds que vous aller collecter auprès de vos proches (famille ou amis proches) qui vont soit vous les prêter pour que vous les apportiez en capital ou compte courant d’associé, soit investir directement à vos côtés dans votre projet.

Généralement, la mobilisation de la “love money” est une des premières étapes d’un plan de financement puisqu’elle permet ensuite de faire effet de levier.

La phase d’amorçage permet de dynamiser la trésorerie en la rendant plus séduisante et crédible auprès de futurs investisseurs ou prêteurs. Par exemple, un entrepreneur ayant besoin de lever 100 000 € pourra plus facilement prétendre à un prêt bancaire de 50 000 € après avoir mobilisé 50 000 € grâce à sa love money.

Comment mobiliser sa love money ?

Le plus classique c’est de céder des parts de capital à vos proches. Par contre, cela peut être complexe à gérer par la suite : vos proches ne seront pas forcément impliqués dans l’activité, il va falloir les gérer dans la durée et négocier des conditions de sortie à un moment.

Les levées de fonds en royalties sont la manière la plus simple de les mobiliser car cela vous permet
d’augmenter vos fonds propres sans céder des parts de capital à votre entourage
. Ces deux arguments sont très parlants vis-à-vis des financeurs qui vous suivront ensuite dans le plan de financement.

En les impliquant en échange de royalties, plus besoin d’ouvrir votre capital, d’écrire un pacte d’associés ou de négocier la valorisation de votre entreprise : vous gardez en main votre capital en vue d’une prochaine levée de fonds.

Le crowdfunding

Au delà de votre simple entourage, vous pouvez solliciter plus largement des prêteurs ou des associés via les plateformes de crowdfunding (littéralement : le financement par la foule), c’est une technique de financement novatrice qui vous permet de compléter vos propres apports.

Les Business Angels

Le financement via les Business Angels est une forme de financement adaptée aux projets nécessitant des investissements de l’ordre de 100 à 300 KE et à caractère novateur.

Les BA sont des personnes physiques qui, le plus souvent regroupées en « clubs d’investisseurs », vous challengent sur votre projet et s’ils sont convaincus peuvent investir à vos côtés.

Les BA sont souvent soit des personnes retraitées qui ont du temps à consacrer, soit des chefs d’entreprises qui souhaitent aider des porteurs de projet. En plus d’une potentielle réduction fiscale, si votre entreprise réussit ils feront une sortie positive à terme, avec une plus-value.

Souvent les business angels ne sont pas uniquement une source de financement. Ils apportent aussi leur expertise technique, du mentoring et l’ouverture de leur réseau. Certains cherchent à avoir une relation proche avec l’entrepreneur et une implication dans le développement de l’entreprise.

Les business angels peuvent investir en échange de parts du capital ou en échange de royalties. Vous pouvez également leur proposer d’investir en échange de royalties, de façon intégrale ou mixte (royalties + capital). Cela vous permettra de conserver votre capital et de mieux valoriser votre entreprise lors d’un prochain tour de table. Pour les investisseurs, cela leur permet de gagner en liquidité, de ne pas avoir une sortie à gérer, ainsi que de diminuer leur risque (contrairement à un investissement en capital, le risque diminue au fur et à mesure des versements).

Les fonds d’investissement

Les fonds d'investissement sont des investisseurs professionnels apportant des moyens financiers et leur expérience à la création et aux premières phases de développement pour des entreprises ayant un fort potentiel de retour sur investissement.

On trouve des fonds généralistes, des fonds spécialisés dans un secteur donné et des fonds ayant une vocation régionale.

Notez cet article

Note moyenne 5 / 5. Votes : 3


Un expert vous répondra