Assurance retraite, ce qu’il faut savoir

assurance retraite pacte

Compte tenu des évolutions démographiques, la baisse du montant des retraites issues des régimes obligatoires est inéluctable. Cela crée un besoin croissant de prestations complémentaires. Les contrats d’assurance retraite ont pour objet de garantir, à partir de l’âge de la retraite, le versement d’un revenu régulier jusqu’au décès du retraité.

Qui peut souscrire ?

Ces contrats peuvent être souscrits :

  • Par les entreprises pour leurs salariés : contrats à prestations ou à cotisations définies, contrats en sursalaire, contrats d’indemnités de fin de carrière ;
  • Par les entreprises en tant que plans d’épargne retraite ;
  • Par les particuliers : contrats de retraite spécifiques.

Le Plan d’Épargne Retraite Populaire

C’est un contrat d’assurance facultatif et accessible à tous, indépendants comme salariés. Pour ouvrir un PERP, il faut d’abord adhérer à une association : le Groupement d’épargne individuelle pour la retraite (GERP), qui souscrit le contrat avec l’assureur et veille sur les intérêts de l’ensemble des cotisants.

Les déductions d’impôts

Le compte PERP est rendu particulièrement populaire notamment grâce à la déduction fiscale des versements. Cependant quelques changements se sont opérés avec l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2019, du prélèvement à la source. S’il n’y a pas eu de déductions en 2018, celle de 2019 dépendra tout de même des versements de 2018 et 2019 et plusieurs cas de figure sont envisageables.

Si le montant de vos versements de 2018 était :

  • Identique à ceux de 2017 et 2019, la déductibilité sera de 100 % ;
  • Inférieur à ceux de 2017 et 2019, la déduction d’impôts sera soit de 50 % soit égal à la moyenne de versements de 2017 et 2019 (dispositif anti-abus) ;
  • Supérieur à ceux de 2017 et 2019, la déduction sera de 100 %.

Attention, car la déduction d’impôts est limité. En effet, les versements ne peuvent pas excéder 10 % des vos revenus professionnelles N-1 avec donc un plafond de de versements déductibles de  31 786 € en 2019.

La sécurisation des fonds

L’épargne versée sur votre PERP est ensuite placée pour donner des intérêts. Le rendement dépend des placements choisis mais dans tous les cas l’épargne est progressivement sécurisée par l’assureur

  • Entre 10 et 20 ans avant la retraite, au moins 40 % de l’épargne doit être garantie ;
  • Entre 5 et 10 ans, le taux d’épargne garantie passe à 65 % ;
  • Entre 2 et 5 ans, 80 % sont garantis ;
  • Moins de 2 ans avant la retraite du souscripteur, au moins 90 % de l’épargne doit être garantie.

Le versement de l’épargne

Lors de la liquidation de sa retraite, l’assuré touche en principe une rente viagère. Le versement de la rente peut être anticipé dans certains cas d’invalidité, de cessation d’activité à la suite d’une liquidation judiciaire. En cas de décès, l’épargne est également reversée sous forme de rente viagère au conjoint survivant ou à tout autre bénéficiaire désigné dans le plan.

Les enfants mineurs peuvent aussi la percevoir sous forme de rente éducation.

Qu’est ce que la rente éducation ?

C’est d’un contrat d’assurance qui garantit un revenu aux enfants pour qu’ils poursuivent leurs études en cas de décès des parents. Il s’agit de verser une prime fixe ou variable, calculée en pourcentage du revenu annuel d’un ou des deux parents. Le montant de la prime dépend de l’âge des parents et du montant à garantir.

Par exemple, un parent âgé de 40 ans qui souhaite garantir une rente annuelle de 10000 € à chacun de ses deux enfants devra débourser une prime annuelle de l’ordre de 500 €. En revanche, s’il a 60 ans, la prime s’élèvera à 900 €.


Le PERP permet aussi d’acquérir sa première résidence principale. Dans ce cas, à la date d’échéance du contrat, l’épargne est versée sous forme de capital. Dans cette hypothèse, le souscripteur peut également bénéficier d’un prêt à 0 %.

Mais dans les deux cas l’épargne est soumise à l’impôt sur le revenu.

La retraite Madelin

Les contrats de retraite « Madelin » sont des contrats d’assurance réservés aux artisans, commerçants, industriels, professions libérales et exploitants agricoles. Ils leur permettent de bénéficier d’une rente viagère au moment de la retraite, pour compléter leurs pensions.

Ces contrats sont proposés par les caisses de retraite de leurs professions mais aussi par les banques et les compagnies d’assurances. Le souscripteur du contrat fixe lui-même sa classe de cotisations, qu’il peut modifier dès qu’il le souhaite.

Durant la phase d’épargne, l’argent est bloqué jusqu’à l’âge de la retraite prévu au contrat : aucun retrait partiel n’est possible avant, sauf en cas :

  • De cessation d’activité à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire ;
  • D’invalidité empêchant l’indépendant d’exercer toute activité.

Pour favoriser encore l’épargne retraite des indépendants, les contrats« Madelin » s’accompagnent d’un dispositif d’exonérations fiscales. Ainsi, les cotisations sont déductibles des bénéfices imposables dans la limite du plus élevé des deux montants suivants :

  • 10 % du bénéfice imposable, dans la limite de huit fois le plafond annuel de la Sécurité sociale. On y ajoute les 15 % de ces mêmes bénéfices compris entre une et huit fois ce même plafond ;
  • Ou 10 % du plafond annuel de la Sécurité sociale.

Notez cet article

Note moyenne / 5. Votes :


Un expert vous répondra