Dosage mortier/ciment

.
.

Liant

Sable

Eau

Lorsqu’on se lance dans la maçonnerie, avoir une idée du bon dosage à appliquer pour son mortier est particulièrement utile. Voici un calculateur pour déterminer comment doser son mortier. Attention toutefois, ces proportions peuvent varier en fonction des conditions climatiques et de vos matériaux. De plus, à chaque type de mortier (mortier parpaing, mortier chaux, mortier chape, mortier bâtard et mortier maigre) correspond un dosage spécifique.

Assurance décennale maçonnerie

Si vous réalisez des travaux de maçonnerie, vous êtes tenu d’être couvert par une garantie décennale qui vous couvrira pour les dommages constatés dans les 10 ans suivant la réception du chantier.

Le prix de l’assurance décennale maçonnerie est à partir de 1 500€ /an pour un artisan.

Comment faire du mortier ou du ciment ?

Le mortier, aussi appelé ciment par abus de langage est extrêmement utilisé pour tout ce qui concerne les travaux de maçonnerie. Pour faire du mortier il faut avant tout réunir 3 matériaux :

  • Du ciment et/ou de la chaux : cela s’achète en sac de 25 kg ou 35 kg ;
  • Du sable : il existe différents types de sable, prenez garde à l’utilisation que vous voulez faire de votre mortier lorsque vous choisirez votre sable ;
  • De l’eau : vérifier que votre eau soit suffisamment claire et propre avant de faire votre mortier.

Pour réaliser votre ciment, il suffira de mélanger ces matériaux, en veillant à bien respecter les proportions.

Contrairement au béton, les graviers n’entrent pas dans la composition du mortier. Pour déterminer le bon dosage du béton, vous pouvez utiliser notre outil dosage béton.

Quels sont les différents types de mortier ?

Il existe différents types de mortier, qui se différencient en fonction de l’usage qu’il en est fait. Voici un petit aperçu des mortiers les plus classiques, ainsi que leur cas d’utilisation.

Le mortier de ciment

C’est le mortier le plus courant. Il convient particulièrement pour des travaux de fond. Ses utilisations classiques sont :

  • La mise en place d’un mur en parpaing ;
  • La réalisation de chapes ;
  • La consolidation d’éléments, jointements, scellements…

Ce type de mortier est le plus solide. De plus, il sèche très rapidement et résiste facilement à la compression, ce qui est dû à l’utilisation du ciment. Cependant, c’est aussi le plus cassant. Il faudra apporter une grande attention au moment du dosage, et vérifier la texture avant de l’appliquer.

Le mortier de chaux

Le mortier de chaux n’utilise pas de ciment. En effet, c’est la chaux qui est utilisée comme liant. Attention lorsque vous utilisez de la chaux, elle peut facilement vous brûler. L’avantage de ce mortier est qu’il contribue à faire respirer les murs. Cela permet d’assainir des pièces humides notamment.

Contrairement au mortier de ciment, le mortier à la chaux est beaucoup plus souple, ce qui est principalement lié à la présence de chaux dans sa composition. Il est surtout utilisé dans la réparation des murs. Il permet aussi de régulariser des surfaces.

Le mortier bâtard

Ce type de mortier est constitué à la fois de chaux et de ciment. Il est souvent utilisé lors de la construction de murs en brique. L’avantage de ce style de mortier est qu’il est polyvalent.

En effet, la chaux contribue à augmenter la souplesse du mortier, ce qui le rend plus facile à manipuler. Cependant, le ciment permet de lui donner un caractère suffisamment solide.

Comment doser son mortier ?

Pour déterminer le dosage du mortier, vous pouvez utiliser le calculateur ci-dessus. Il vous donnera une bonne estimation de ce dont vous aurez besoin. Il y a cependant quelques points sur lesquels faire attention lors de la réalisation de votre mortier.

Choisir son sable

Le sable doit de préférence ne pas contenir d’impuretés. Pour vérifier cela c’est très simple : le test que font souvent les maçons est qu’ils prennent une poignée de ce sable et la laisse couler. Votre main agit en quelque sorte comme un tamis. S’il reste des impuretés une fois le sable écoulé, changez de sable.

Vous ne devez surtout pas prendre du sable de plage. En effet, ce dernier comporte du sel marin, cela affecterait votre mortier. La réalisation d’un mortier est une réaction chimique entre des éléments. Le sel peut modifier cette réaction. Il vaut mieux prendre du sable de rivière.

Enfin, en fonction de l’utilisation que vous voudrez faire de votre mortier, le type de sable ne sera pas le même. Pensez à vérifier préalablement. De plus, un autre facteur à prendre en compte est la couleur de votre sable. En effet, cette dernière pourra teindre votre mortier. Il existe cependant des pigments que vous pourrez ajouter à la composition de votre mortier si vous souhaitez modifier la couleur.

Gérer la quantité d’eau

Ne mettez jamais toute l’eau d’un coup lors du dosage du mortier. Un mortier trop liquide sera certes, plus facile à appliquer, mais ne vous sera pas utile pour lier les éléments car il s’écoulera trop rapidement.

Le support sur lequel vous appliquez votre mortier aura aussi une influence sur la « prise » de votre ciment. En effet, le support a tendance à absorber l’eau, encore plus par temps sec.

Les outils pour mesurer votre mortier

Pour réussir votre calcul dosage mortier, vous pouvez compter en kilogramme, mais à moins d’avoir une très grosse balance de chantier, cela peut être un peu fastidieux. Les maçons utilisent souvent la mesure en seau ou en pelle. Un seau de maçon correspond environ à 10L. Et il faut compter 2 pelles et demie de maçon pour remplir un seau.

Ces mesures sont intégrées dans l’outil dosage mortier / ciment pour vous aider à réaliser au mieux vos dosages.

Comment fonctionne le calculateur dosage mortier ?

Notre calculateur se base sur des valeurs moyennes de dosages réalisés par des maçons professionnels. Nous avons compilé ces données pour obtenir les valeurs finales les plus fiables possibles. Le dosage du mortier a été effectué selon la fameuse règle : 1 volume de ciment, 4 volumes de sable, 1/2 volume d’eau. La densité du sable choisie est de 1600 kg/m³.

Veuillez noter que les densités des différents éléments peuvent varier en fonction de l’humidité ambiante. Ainsi, lorsque le sable est très humide, il peut être utile de baisser légèrement la quantité d’eau ajoutée pour compenser.

Notez cet article

Note moyenne / 5. Votes :